la gauche

mercredi 25 avril 2012

Les vrais objectifs de Marine Le Pen

banniere

Les vrais objectifs de Marine Le Pen : renforcer le caractère répressif de l’Etat, monter les milieux petits bourgeois contre les travailleurs, s’attaquer aux fonctionnaires, développer le nationalisme, le racisme et la xénophobie pour éviter que la colère populaire se tourne contre la bourgeoisie et le système capitaliste, enfin opposer entre eux des fractions des forces populaires pour permettre aux classes dirigeantes de mieux les frapper. C’est tout un programme qui, évidement, ne dit pas son nom : le fascisme !

Marine Le Pen a pris la mesure de la crise. Son père n’avait jamais eu sa tonalité anti-capitaliste. Elle prend le tournant de la démagogie du fascisme...

Et le fascisme, en période de crise, n’est pas un mythe, une réminiscence lointaine qui date de la guerre mondiale. La tentative de coup d’Etat fasciste de l’armée grecque qui vient d’avoir lieu et a nécessité de démettre tout l’Etat-Major le démontre pleinement. D’autant qu’ensuite la gauche et la droite unis dans un gouvernement d’union nationale ont fait aussi appel à l’extrême droite pour le pouvoir... Pour imposer l’austérité draconienne au peuple grec, l’extrême droite n’est pas de trop, y compris aux yeux des dirigeants "socialistes" !

La crise ramène de même les fascistes dans le jeu politique. Certes, en France, ils n’ont pas été au gouvernement depuis des décennies, mais cela peut très bien revenir...

Marine Le Pen aux côtés de Franz Schönhuber, ex-waffen SS de la division « Charlemagne »

Avec ses amis néo-nazis

Et en voilà d’autres...

Pour accroitre sa popularité, Le Pen compte sur une dénonciation virulente des « marchés financiers » (cela ne faisait pas partie de la panoplie de Le Pen père), de « nos élites politiques » et de « la délinquance ».... car ça fait peuple et cela n’oblige pas à dire comment on compte gouverner... Son axe de campagne est ainsi résumé : . « J’ai un grand projet (...) rendre aux Français leur pays, leurs richesses et leur fierté. »

Rendre nos richesses ? Celles volées aux communes par la banque Dexia ? Ah oui, comment ? Rendre les richesses volées par les actions pourries, par les dettes souveraines coulées ? Ah oui, comment ?

Et ces sommes là, ces centaines de milliards, comment les récupérer ? Par le discours démagogique de Le Pen ? Mais elle n’est nullement contre le capitalisme ! Elle prône un capitalisme national qu’elle sait elle même totalement impossible.

Certains milieux populaires pensent peut être que les déclarations de Le Pen contre "la dictature des marchés financiers" sont très radicales, mais ils se trompent. La finance, ce n’est pas spécifique des spéculateurs et boursicoteurs, c’est l’ensemble du capital et plus encore aujourd’hui. Et ces déclarations ne visent justement qu’à blanchir la bourgeoisie mondiale, l’ensemble du grand capital. Faire croire que tout est de la faute de l’Etranger, c’est aussi une manière de blanchir la bourgeoisie française, qui fait pourtant partie du grand capital et des trusts mondiaux. Le capitalisme dans sa phase nécrophile peut-il être sauvé par un relèvement des frontières ? Certainement pas ! Quand à expliquer la racine de la situation actuelle du capitalisme, Le Pen n’en est pas plus capable que d’autres politiciens.

Elle devrait plutôt nous dire où sont investis les milliards familiaux. Dans les actions pourries ? Dans les dettes souveraines ? Dans la spéculation ?

Non, ce n’est certainement pas en votant Le Pen qu’on dénoncera le capitalisme !

La milliardaire Le Pen aurait-elle des solutions ? Elle qui prétend que le massacre d’Oslo par un militant d’extrême droite n’est pas grand-chose et est causé par les immigrés, par l’Islam !, voudrait bien faire oublier que sa famille politique, l’extrême droite, est responsable de nombreux crimes dont le nazisme. Et nous passionner pour le « changement » que ces élections vont apporter dans la situation actuelle. Voilà déjà n premier mensonge de Le Pen : elle est comme toute la classe politique qu’elle dénonce, elle prétend qu’il suffit de "bien voter". Face à la crise qui parcourt le monde, on pourrait bien voter ... en France. Et ça résoudrait quoi à la crise mondiale ?!!! En tout cas, les uns et les autres se gardent bien de nous expliquer en quoi la crise est inéluctablement liée au système capitaliste, en quoi ce système est à bout de souffle, et par quoi ils veulent le remplacer.

Qui que ce soit qui gouverne, il n’y a rien de bon à attendre des Etats et des patrons, les travailleurs ne doivent s’en remettre qu’à eux-mêmes pour se défendre dans la crise. Pour cela, il ne faut plus accepter la logique et les lois d’un capitalisme qui se propose de détruire nos emplois, nos logements, notre santé, nos vies. Mais ce n’est pas Le Pen qui nous le dira ni qui nous proposera une manière de lutter. Elle est contre les grèves et le syndicalisme. Ce n’est pas pour proposer des luttes plus radicales que les syndicats contre le pouvoir financier qu’elle fait semblant de dénoncer... Que faire face à un patron qui licencie. le Pen n’en dit rien. Que faire face à un patron qui pratique le chantage à la baisse des salaires comme récemment les fonderies du Poitou. Silence radio ! L’indignation de Le Pen n’atteint pas de tels sujets. Que faire face à PSA qui licencie en annonçant des profits fabuleux ? Rien à dire là-dessus !!!

Unir les travailleurs précaires, les chômeurs et ceux qui ont un emploi, les travailleurs du public et du privé, les travailleurs de l’Automobile et ceux de l’Audiovisuel, ceux de la Recherche et ceux de la Construction, ceux de l’Enseignement et ceux des grands magasins, pour défendre notre avenir, nos emplois, nos salaires, nos services publics. Mais non ! Ce n’est pas du tout le programme de Madame la milliardaire...

Dans les milieux populaires, bien des gens se demandent s’ils n’enverraient pas un message de colère aux classes politiques, pour ne pas dire aux classes dirigeantes, en votant pour quelqu’un qui passe pour être hors du système.

Marine Le Pen a fait un tabac sur France 2, début décembre 2010, si l’on en croit les taux d’audience de l’émission et les sondages. En désignant l’islamisme et le « mondialisme » comme les deux responsables des maux dont le peuple « français » souffre, elle a sûrement conquis des esprits et peut être des votes. L’Arabe et le Chinois, ce sont des ennemis qui évoquent des peurs ancestrales. Avec la crise, les voilà aujourd’hui rajeunies. Cette désignation de bouc-émissaires est payante.

L’essentiel de ce qu’a dit Marine Le Pen est son programme commercial et monétaire qui conduit à une sortie de l’euro et du marché unique. La cause du mal est le « mondialisme », la concurrence déloyale des pays sans protections sociales (la Chine) et la perte de la souveraineté monétaire.

Elle a réaffirmé des propositions fortes déjà connues (préférence nationale, présomption de légitime défense pour la police, mise en place du référendum d’initiative populaire). Elle a insisté sur le pouvoir qui doit être redonné au peuple, en instaurant la proportionnelle à toutes les élections par exemple : « Rien ne doit échapper au contrôle et au jugement des Français », a-t-elle dit.

Sa République à elle ne reconnaîtrait pas les communautés : si elle accédait au pouvoir Marine Le Pen stopperait toutes subventions aux associations communautaires.

« Nous redonnerons la parole au peuple par le biais du référendum, au niveau local comme au niveau national, sur proposition des autorités ou par saisine directe du peuple. Je défendrai l’instauration du référendum d’initiative populaire, déclenché à partir de 500 000 signatures au niveau national. »

Sa stratégie ? "Des protections intelligentes aux frontières" et un soutien plus fort des PME et PMI, qui deviendraient "prioritaires sur les marchés publics". "Et si ça ne plaît pas à Bruxelles, eh bien ce sera le même prix", a-t-elle lancé.

Mais comment rendre la défense des petits bourgeois prioritaires si on ne rompt pas avec le capitalisme ? Or, Le Pen n’a nullement l’intention de rompre avec !!!

Elle profite seulement que les organisations syndicales n’aient jamais relié la lutte des salariés avec celle des petits paysans, des petits commerçants, des petits pêcheurs, des étudiants pauvres, laissant la lutte des fonctionnaires, des enseignants, des cheminots, des personnels de santé passer pour une lutte corporatiste...

"L’immigration, armée de réserve du capital, doit cesser", a-t-elle ensuite affirmé, devant l’assistance, conquise, sous les lumières bleu blanc rouge des projecteurs. Marine Le Pen a été applaudie à tout rompre lorsqu’elle a promis "le principe de priorité aux Français, dans l’accès à l’emploi, aux logements et dans l’attribution des aides sociales". Elle a promis "un revenu parental".

Est-ce que les immigrés sont cause des catastrophes économiques actuelles ? Est-ce que ce sont eux qui ont causé la crise de 2007-2008 ? Est-ce que ce sont eux qui ont fait chuter l’Islande, l’Irlande, la Grèce, la Biélorussie, l’Espagne ou le Portugal ? Est-ce que ce sont eux qui coulent la Société Générale ou la BNP ? Est-ce que ce sont eux qui licencient chez les sous-traitants automobile ou à PSA ? Non ! Bien entendu ! Elle le sait bien. Mais elle sait surtout que surfer sur les peurs ne consiste pas à désigner les classes dirigeantes à la vindicte publique, mais seulement faire semblant...

Non, la banque Dexia, ce ne sont pas Mamadou et Mohamed ! Ni la banque Lehman Brothers ! Ni les dettes souveraines ! Ni les détournements spéculatifs de Société Générale et BNP Paribas...

C’est le grand capital qui est responsable de la banqueroute et Le Pen nous propose seulement de nous attacher à ce Titanic et de couler avec... La Marine, ça coule parfois...

Répression, renforcement des moyens de la police... contre les citoyens sous prétexte de les défendre

Pour frapper les travailleurs dans la crise, il faut renforcer l’appareil répressif. Le prétexte est tout trouvé : l’insécurité... Et l’ennemi désigné : l’Islam !!!

« L’Etat doit censurer et sanctionner toutes les atteintes à la loi de 1905, s’agissant par exemple de la participation publique directe ou indirecte à la construction de mosquées. Il doit interdire l’aménagement d’horaires particuliers dans les piscines pour les femmes musulmanes ou l’introduction d’interdits religieux alimentaires dans les cantines scolaires. »

Rétablir la peine de mort pour les crimes les plus graves.

Répression sévère contre les attaques organisées visant les forces de l’ordre, les secours ou les pompiers, notamment dans les quartiers sensibles.

Démantèlement par la police et la gendarmerie des réseaux du banditisme, des « grands frères » et des caïds maintenant en otages les populations immigrées.

Développer les contrôles fiscaux et douaniers en vue de réprimer les trafics de tous ordres, dans les banlieues-ghettos, générateurs d’une véritable économie parallèle.

Pour faire toutes ces mesures, il faudra embaucher bien des policiers...

Mettre fin à la suspicion qui pèse sur les forces de l’ordre lorsqu’elles font usage de la force, en créant une présomption de légitime défense.

Le programme "social"

Marine le Pen prétend tenir un discours « radical », de « rupture », dénonçant la « marchandisation » et le « règne de l’argent », mais les faux semblants ne pourront pas tenir bien longtemps. Marine Le Pen est prise dans une contradiction entre sa volonté de développer une rhétorique « anticapitaliste de droite » et la nécessité de donner des gages de gestion gouvernementale en annonçant qu’elle sera respectueuse de règles de l’économie de marché et de la défense du capitalisme français.

Les salaires. Marine Le Pen a fermement refusé de dire ce qu’elle souhaitait pour le SMIC, sa hausse, son maintien ou sa baisse. A chacun de traduire...

Sortir de l’euro. Le FN propose l’établissement d’une parité fixée à « 1 euro = 1 franc » « pour maintenir au mieux le pouvoir d’achat », en expliquant que la « baguette d’1 euro passerait à 1 franc et non à 6,57 francs ». Et il oublie juste de souligner que le SMIC qui est environ de 1055 euros nets passerait donc avec le FN à 1055 francs avec la sortie de l’euro. On imagine la perte de pouvoir d’achat énorme qui en résulterait !

La retraite. Son programme défend deux mesures : « La retraite à la carte : l’âge de la retraite pourrait être reculé de 60 ans à 65 ans. Les retraites par capitalisation C’est une voie qu’il faudra privilégier à long terme. » Le MEDEF n’aurait pas dit mieux !

Elargir le financement des retraites aux revenus du capital (stock options, produits financiers divers…)

Remise en cause des heures de travail. Renégocier par branches les 35 heures.

Le Front National est « favorable à la flexibilité du temps de travail » et s’oppose à une réduction du temps de travail sans baisse de salaires.

Dans le programme du FN :

- Acteurs économiques et emploi : libérer au maximum l’entreprise des contraintes de toute nature qu’elle subit

- Libérer le travail et l’entreprise de l’étatisme, du fiscalisme et du réglementarisme

- L’exonération en 5 ans des entreprises agricoles de toutes charges fiscales et sociales

- Limiter les charges fiscales et sociales pesant sur l’agriculture de façon à rendre les exploitations plus viables

- Rendre les marchés financiers plus attractifs pour inciter les Français à investir davantage dans les entreprises

- Faciliter la création et le développement des PME par des avantages fiscaux, réglementaires et financiers

- Développer la compétitivité des entreprises et donc la création d’emplois par la désétatisation de l’économie, l’allégement des charges et la limitation des contraintes bureaucratiques

- Baisse drastique de 50% des charges qui pèsent sur les PME-PMI

- Exonérer de charges sociales pendant deux ans toute entreprise nouvellement créée

- Aide décentralisée aux PME

Son discours "social" est tourné contre les travailleurs étrangers, pas contre les patrons, qu’ils soient nationaux ou pas... Le Front National préconise un impôt sur l’emploi de travailleurs immigrés, une taxe anti-immigré peut-on dire, soi-disant pour favoriser l’emploi des travailleurs français.

En matière de finances publiques le Front National prévoit des mesures particulièrement régressives :

hausse de l’impôt indirect et particulièrement de la TVA

suppression de l’impôt sur le revenu

suppression de la taxe professionnelle et baisse de l’impôt sur les sociétés

réduction des droits de succession

suppression des prélèvements sur les plus-values boursières.

C’est un programme particulièrement inégalitaire puisque dans un contexte où les inégalités s’accroissent, il va favoriser les plus riches (patrimoines, hauts revenus, profits financiers) et faire payer les plus pauvres (impôt sur la consommation).

Nucléaire : elle n’y peut rien... et ne se prononce pas sur le fond ! Ce qu’elle compte faire en matière de nucléaire ? « Le jour où l’on pourra s’en passer, il faudra le faire (...) Aujourd’hui, il n’y a pas d’autres solutions que d’investir dans le nucléaire et la sécurisation du nucléaire ».

Que veut Marine Le Pen ?

Marine Le Pen n’est en rien plus respectable que son père et elle mange au même râtelier : racisme, populisme, démagogie sécuritaire et fascisme. Mais ce ne sont pas les hommes politiques de la bourgeoisie française de gauche comme de droite qui sont en situation de nous le faire remarquer.

La droite qui copine avec l’extrême droite italienne de Berlusconi n’a rien à dire. Le PS avec son idole Mitterrand, trois fois fasciste (Vichy, Algérie et Rwanda), ne vaut pas mieux...

La gauche et la droite, conjointement au pouvoir sous l’égide de Juppé, Balladur, De Vilepin et Védrine (et toujours Mitterrand) a produit le génocide du Rwanda, organisant et armant les milices fascistes du génocide. De tels individus peuvent bien s’indigner des propos fasciste de Le Pen, cela n’a pas grande valeur....

Partout dans le monde, et durant toute l’histoire, les partis démocratiques bourgeois ont fait le lit du fascisme, à commencer par celui de Hitler ou de Pétain, en continuant avec le général Pinochet.

Ce n’est pas eux qui combattront jamais un risque fasciste. Ils se battent seulement contre des partis d’extrême droite quand il s’agit de défendre leurs places que convoite l’extrême droite...

Bien sûr, la gauche n’a pas complètement tort quand elle pointe les tendances de la droite et le gouvernement à flirter avec les thèses du FN en faisant des campagnes sur l’insécurité, sur l’immigration, sur la burqa, sur l’identité nationale ou sur l’Islam. Mais elle est mal placée pour le lui reprocher, elle qui n’a cessée quand elle était au pouvoir de faire le même type de campagnes démagogiques. On se souvient que le premier ministre socialiste Mauroy affirmait que les grèves ouvrières étaient manipulées par les ayatollahs, une manière de dénoncer les ouvriers en grève comme immigrés. on se souvient des lois de Chevènement aggravant les lois Pasqua contre les immigrés. on se souvient de Rocard affirmant que la France n’avait pas vocation à abriter toute la misère du monde. ou Edith cresson premier ministre qui déclarait, dans une diatribe raciste anti-jaune, que les Japonais étaient une nation de fourmis.... Quant au PCF, il avait initié le "produire français" repris ensuite par Le Pen... La gauche au gouvernement s’était bien gardé d’enlever son fromage électoral au racisme en donnant le droit de vote aux travailleurs immigrés...

Les dernières révoltes au Maghreb et dans le monde arabe ont rappelé que tous les gouvernants français, de gauche comme de droite, avaient fricotté avec les tyrans comme ben Ali, Moubarak et Kadhafi...

Mais l’essentiel est ailleurs : la gauche comme la droite ou comme les appareils syndicaux sont les premiers pourvoyeurs de voix à l’extrême droite parce qu’ils s’attaquent aux travailleurs, détournent leurs luttes et les discréditent aux yeux des classes moyennes.

Quand les travailleurs mènent des luttes, la gauche les dévoie (quand elle n’est pas au pouvoir) et la droite les salit. On vient encore de le voir avec les mouvements sur la retraites.

Loin de faire en sorte que les travailleurs apparaissent comme une force sociale capable d’offrir une alternative à une société capitaliste en faillite, la gauche et les appareils syndicaux sont au contraire là pour en limier la force et lui ôter tout rôle de transformation de la société.

Quant à s’adresser aux petits paysans, petits artisans, petits commerçants qui craignent d’être sacrifiés à l’occasion de la crise, ni la gauche ni les syndicats n’ont levé le petit doigt pour que les travailleurs soient une classe qui soit à la tête des luttes sociales des classes moyennes paupérisées ou de la jeunesse chômeuse....

Rien d’étonnant alors qu’avec la crise du capitalisme, ces classes moyennes virent à l’extrême droite.

Une Marine Le Pen ne serait pas personnellement plus dangereuse que les autres politiciens. par contre, en période de crise du système, la montée même électorale d’une extrême droite dans l’opinion est un signe indubitable de danger fasciste montant au sein de la société...

Et le fait que la gauche et les syndicats ne lèvent pas le petit doigt quand les immigrés, les sans-papiers, les banlieues, les Musulmans sont attaqués montre que leurs cris scandalisés face aux voix du FN sont parfaitement hypocrites....

La montée du FN provient, comme dans le reste de l’Europe, du dévoiement des luttes sociales par les appareils réformistes.

Une fois encore, la montée du fascisme ne peut provenir que d’une trahison de la lutte des classes par les réformistes. La lutte contre le fascisme est la même que la lutte pour en finir avec le capitalisme, lutte que les appareils réformistes, syndicaux et politiques, rejettent catégoriquement....

Dans toute l’Europe, les bourgeoisies en crise jouent le même jeu : pousser au nationalisme, à relever les frontières, à présenter les immigrés comem la menace, l’Europe comme la cause de la crise, donc à développer le nationalisme, le racisme et la xénophobie.

Pourtant, tout cela n’a aucun fondement réel. ce ne sont pas les immigrés, ni les clandestins, qui ont causé la crise de 2008. Ce n’est pas eux qui ont ruiné les banques, les trusts, les bourses et les assurances. Ce n’est pas eux qui, ensuite, ont ruiné les Etats et les banques centrales. ce n’est pas eux qui ont décidé de mettre des centaines de milliards en cadeau justement à ceux qui avaient causé la crise. Ce n’est encore pas eux qui ont décidé des politiques d’austérité, des suppressions massives de services publics et de suppressions massives d’emplois. ce n’est pas eux qui sont cause de l’inflation massive qui vient mais les dévaluations de la réalité des monnaie causée par l’utilisation massive de celle-ci par les Etats et les banques centrales...

Or, face à tous ces problèmes, l’extrême droite type Le Pen n’a pas plus de réponse que les partis de gauche ou de droite traditionnels... Car elle est tout autant liée au système qui les a engendré. Elle est même violemment hostile aux réponses que pourrait donner la classe ouvrière si elle entre dans la scène politique et ne se contente plus de voter pour des politiciens qui ne la représentent pas plus les uns que les autres.

A l’heure de l’effondrement généralisé du capitalisme, ce n’est pas le changement de président ni les discours démagogiques qui changeront quoi que ce soit. Il faut que la classe ouvrière décide de se donner le droit de faire de la politique elle-même sans passer par les partis liés aux institutions et au système. C’est là le seul avenir et il doit être international et non raidi dans le nationalisme exacerbé.

Certes, pour le moment la bourgeoisie en est seulement à instrumentaliser les idées d’extrême droite et les candidatures d’extrême droite car elle a bien trop besoin de l’intégration des syndicats et des partis de gauche. mais, avec la crise, les choses peuvent changer vite et le danger d’extrême droite peut devenir tout autre. Il est urgent que la classe ouvrière dénoue l’alternative : socialisme ou barbarie que nous pose l’effondrement du système.

L’extrême droite est-elle dangereuse ?

Demandez à Oslo !!!

La planète est pleine de tueurs racistes et anticommunistes que les Etats n’ont nullement cherché à combattre et qui sont prêts, à la faveur de la crise, à commettre de nouveaux forfaits.

Aux USA et en Europe, par exemple, leur nombre va croissant.

Les Etats occidentaux ont prétendu ne voir des terroristes que dans le monde musulman mais ils les couvrent chez eux !!!

On parle peu des groupes racistes et para-militaires qui pullulent depuis l’élection d’Obama aux États-unis. Il y a pourtant de quoi inquiéter. Obama à la Maison blanche est un prétexte de plus pour leur développement.

Les USA en pleine crise sociale et économique sont une véritable poudrière.

Il n’y a pas qu’à Oslo.

Ces tueurs ne sont pas des isolés comme on les présente.

Ceux qui comptent sur l’Etat bourgeois pour les protéger se trompent lourdement. Les fascistes ne sont pas neutres dans la lutte des classes : ils sont violemment dans le camp adverse de celui des prolétaires et les classes dirigeantes le savent bien. Elles peuvent faire appel à ces forces para-étatiques comme elles l’ont fait en Allemagne....

Anders Behring Breivik, le tueur présumé de l’attentat d’Oslo et de la tuerie d’Utoya, ne s’est aucunement revendiqué comme issu de la mouvance néo-nazie ou fasciste traditionnelle mais il a été membre du parti populiste norvégien, le Parti du Progrès (FrP) entre 1999 et 2006 — Siv Jensen, l’actuelle présidente l’a reconnu et regretté dans un communiqué de presse — a avoué son admiration pour Geert Wilders, le leader populiste néerlandais. Dans le texte de 1.500 pages que Breivik a publié sur Internet avant de passer à l’acte, il développe sa pensée : incompatibilité de l’Islam et de la démocratie, remise en cause des libertés par les migrants musulmans, menace sur la culture européenne, etc.

Cette base de pensée est le fond de commerce de Wilders. Même si ce dernier a déclaré « mépriser tout ce que (Breivik) symbolise et tout ce qu’il a fait », Breivik est probablement le premier résultat extrême (il voulait non pas tuer des immigrés mais éduquer les masses par la violence) de cette nouvelle école politique qui existe en Norvège depuis plus d’une dizaine d’années et qui aujourd’hui se développe un peu partout en Europe. Rien à voir avec l’économie

Le débat politique français mêle souvent l’apparition de partis politiques aux extrémités des formations traditionnelles à la dégradation de la situation économique. Si la renaissance du Front national coïncide avec l’arrivée des effets de la crise de 2008 — et la succession de Le Pen à le Pen, ce schéma n’a aucune valeur pour expliquer le poids de la droite populiste norvégienne.

Avec 3,4% de chômage en 2010, le 2e PIB mondial par habitant et le premier fonds d’investissements du monde, la Norvège apparaît comme un eldorado économique. A croire que les Trente Glorieuses y sont toujours une réalité.

Pourtant, aux législatives de 2009, 23% des électeurs norvégiens ont accordé leur voix au FrP. Formation créée en 1973, dès la fin des années 80, elle s’installe dans le paysage politique du pays et en est aujourd’hui la deuxième force. Elle domine l’ensemble de la mouvance populiste et d’extrême droite du pays.

Cerner sa ligne politique reste complexe. Le parti est toujours marqué par l’empreinte de son fondateur, Anders Lange, opposant farouche à l’État providence norvégien, aux impôts et à la réglementation. Il s’inscrivait directement dans la mouvance libérale de Margaret Thatcher. Le FrP continue ainsi de réclamer une baisse des impôts et de l’intervention du secteur public dans la vie quotidienne des citoyens. La mondialisation n’est en rien rejetée. Au contraire, le libre échange doit être favorisé. Comparer Hitler et l’Islam

"Ce qui doit être contrôlé en revanche, c’est l’immigration car elle est un problème pour l’avenir de la société norvégienne". L’homme qui a forgé cette vision du parti dans ce domaine est un des successeurs d’Anders Lange, décédé en 1974 : Carl I. Hagen qui a dirigé le FrP de 1978 à 2006.

Entre 2005 et 2009, il a assuré la Vice présidence du Parlement norvégien. En 2005, lors d’une conférence à Bergen (deuxième ville du pays), il a déclaré :

« Ils [les musulmans] ont, de la même manière qu’Hitler, depuis longtemps, dit les chose clairement et que sur le long terme leur but est d’islamiser le monde. Ils sont venus de loin, ils ont été jusqu’en Afrique et ils sont maintenant en Europe, et nous devons les combattre ».

Comme Wilders

Comparer Islam et nazisme ? Carl I. Hagen n’est pas le seul à le faire. Le leader populiste néerlandais Geert Wilders s’est fait connaître dans l’Europe entière grâce à cette métaphore, allant jusqu’à associer le Coran avec Mein Kampf dans une vidéo « pamphlétaire ».

En Norvège, cette comparaison est parfois développée par d’anciens résistants à l’Occupation nazie. Comme Erik Gjems-Onstad. Médaillé à de nombreuses reprises pour ses faits de guerre entre 1940 et 1945, il est aussi un ancien membre du Parti du Progrès (dès sa création) et de nombreux autres groupes d’extrême droite. En 1999, il déclarait, bien avant Geert Wilders :

« Je vois un parallèle évident entre l’invasion allemande en 1940 et la forte immigration d’aujourd’hui des musulmans. L’émigration vers la Norvège est à mon avis la plus grande menace pour la société norvégienne jamais rencontré ».

Défenseur des libertés

Ainsi, l’arrivée de musulmans en Europe représenterait une menace pour les valeurs européennes que sont la liberté d’expression, les droits de l’Homme, l’égalité homme-femme, la liberté de changer de religion. Pas question de s’attaquer aux personnes, « les musulmans ». Le discours est plus fin. Le problème est idéologique et culturel.C’est le discours tenu par le député FrP Tybring-Gjedde (vidéo en anglais)

Les populistes norvégiens deviennent ainsi aux yeux de l’opinion publique des défenseurs acharnés des libertés fondamentales, du mode de vie occidental. Pour contrecarrer les accusations de xénophobie, le Parti du Progrès cherche aussi à mettre en avant ses membres issus de l’immigration comme le député Mazyar Keshvari, arrivé d’Iran à l’âge de 5ans.

Mais les scissions au sein du FrP existent et mettent en évidence les différentes tendances existantes en son sein. Dans les nouvelles formations, qui peinent toujours à survivre plus que quelques années, le discours est souvent moins maitrisé et beaucoup plus dur.

Par exemple, le micro parti « Demokratene », fondé en 2002 par des dissidents du Parti du Progrès propose d’arrêter l’immigration en provenance des pays musulmans.

Les « liens connexes » disponibles sur leur site internet renvoient au « Sverigedemokraterna », les Démocrates suédois (SD) et « Dank Folkeparti », le Parti du peuple danois, deux formations d’extrême droite scandinaves, qui siègent dans leur Parlement respectif.

Lors des élections législatives de septembre 2010, le SD avait diffusé ce clip de campagne, accusant ouvertement les immigrés musulmans d’être des profiteurs de l’État providence au détriment des retraités « de souche ». Stériliser les migrants

Entre 1990 et 2008, il y eu aussi le Parti de la Patrie. Son leader, Harald Trefall, avait quitté le Parti du Progrès en 1986, le jugeant trop laxiste. Avant de créer sa propre formation, il s’était présenté en 1989 sous les couleurs d’un mouvement au nom sans équivoque : « Stop Immigration » qui finit par être absorbé par « l’Alliance électorale blanche », dirigée par un certain Jack Erik Kjuus.

Ce dernier a été condamné par le justice norvégienne en 1997 à 60 jours de prison avec sursis et 20.000 couronnes norvégiennes d’amende pour avoir demandé la stérilisation forcée des migrants. Y compris des enfants adoptés ou les conjoints des couples mixtes.

En 1999, le Parti de la Patrie est mentionné dans un rapport du Conseil de l’Europe traitant de la situation de l’extrême droite en Europe et des menaces pesant sur la démocratie.

Si à l’époque l’extrême droite scandinave n’avait pas encore percé dans les Parlement nationaux, elle est aujourd’hui présente partout : Danemark, Suède, Finlande, Norvège. Les partis traditionnels norvégiens ont toujours refusé de s’allier avec le Parti du Progrès ou tout autres formations d’extrême droite ou populiste, mais ce n’est pas toujours le cas. Au Danemark en revanche, le gouvernement de centre droit ne tient que grâce à l’appui extérieur du Parti du Peuple Danois.

Pour le Conseil de l’Europe, ce renouveau identitaire s’expliquait par « l’arrivée de l’immigration et de réfugiés dans des sociétés qui sont traditionnellement très homogènes d’un point de vue ethnique et religieux ». Ces changements ont été utilisés par « les mouvements anti-taxes » [ndla : comme le Parti du Progrès à son origine] et qui ont dérivé vers des « mouvements populistes xénophobes ».

Toujours selon le même rapport, ces formations auraient assez peu de liens avec les groupes fascistes et néo-nazis traditionnels. « Ils sont plus des partis de droite avec des tendances xénophobes que des organisations extrémistes antidémocratiques ». Ces formations fascistes ou nazies existent en Norvège, mais leur visibilité est quasi nulle.

Nous pouvons toutefois citer le Parti de l’Unité patriotique norvégienne, qui se réclamait directement de l’héritage fasciste du pays. Durant la Seconde Guerre Mondiale, l’Allemagne a occupé le pays, aidée par une collaboration d’État, dirigée par Vidkun Quisling.

Autre parti à relever : l’Alliance nationale, active de 1999 à 2006, issue de la fusion de plusieurs groupes. Son logo ressemblait à s’y méprendre à celui du Front national. A l’époque, le parti de Jean-Marie Le Pen faisait déjà référence en Europe, en tant que success story politique. Changement du FN

Mais le FN lui-même, à l’unisson de l’émergence d’un populisme européen qui fait de plus en débat dans les cercles académiques, essaie de faire oublier son passé d’extrême droite traditionnelle pour muter vers un parti aux idées plus proches de celles du Parti du Progrès. Plus question pour sa nouvelle présidente, Marine Le Pen, d’évoquer l’Holocauste ou une quelconque nostalgie de l’Algérie française. Son créneau est la défense des principes de la République française. C’est la laïcité, valeur républicaine par excellence qu’elle évoque quand elle dénonce les prières dans les rues de Paris.

Il est intéressant de noter qu’en décembre 2010, Marine Le Pen, lors d’un meeting à Lyon, a comparé ces mêmes prières sur la voie publique à « l’occupation » nazie ce qui rappelle les propos d’Erik Gjems-Onstad. Elle avait refusé de revenir sur ses déclarations malgré la polémique.

ROBERT PARIS

Posté par LG LAGAUCHE à 14:12 - Commentaires [0]
Tags : , ,

meeting à Paris-Stalingrad le 4 mai


Après la Bastille en mars, Jean-Luc Mélenchon revient à Paris pour la dernière ligne droite de la campagne présidentielle. Les militants du Front de Gauche ont rendez-vous vendredi 4 mai 2012, sur la Place Stalingrad.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

Plusieurs semaines après avoir "pris" la Bastille, Jean-Luc Mélenchon lance un appel à ses militants en vue d’un nouveau meeting à Paris. Un exercice qui lui a réussi par le passé et qui l’a même révélé à une partie du grand public. C’est ainsi que le leader du Front de Gauche propose de clôturer la campagne présidentielle : le vendredi 4 mai 2012, sur la Place Stalingrad. "C’est un peu notre place fétiche puisque c’est là qu’on a commencé le premier de tous les meetings de la campagne présidentielle", explique-t-il.

En réaction à la fameuse Fête du "vrai travail" de Nicolas Sarkozy au Champ-de-Mars, Jean-Luc Mélenchon appelle tous ses partisans et amis à rejoindre les cortèges des traditionnelles manifestations syndicales du 1er mai. Puis, le 4 mai, son nouveau grand meeting servira à réaffirmer les valeurs de son parti, rappeler les enjeux du second tour de l’élection et exhorter ses troupes à soutenir François Hollande afin de "dégager Sarkozy".

Posté par LG LAGAUCHE à 13:47 - Commentaires [0]

SARKOZY DU FOUQUET'S au CRILLON

 LE CREPUSCULE D'UNE BAUDRUCHE


med-restaurant-fouquet-s-visoterra-10065

Après la prise de la Bastille, Louis XVI fait venir près de Versailles des régiments dits "étrangers" afin de protéger sa monarchique personne et mater les ardeurs révolutionnaires de son peuple.

 

Au palais, a lieu un banquet des officiers monarchistes auquel vont assister Louis XVI et Marie-Antoinette : on y aurait foulé aux pieds la cocarde tricolore honnie  et arboré l'ancienne cocarde blanche. On y aurait chanté l'air fameux du Richard Coeur de Lion de Grétry : "O Richard ! O mon roi ! Tout l'univers t'abandonne !"


Le dimanche 15 avril 2012, le grand meeting de Sarkozy place de la Concorde - l'ancienne place de la Révolution où ont été guillotinés le roi et la reine  - a été précédé d'un raout pris à l'hôtel Crillon dont la façade donne sur la célèbre place. Une cinquantaine de membres du Premier Cercle, ces généreux donateurs de l'UMP qui versent annuellement par tête de pipe entre 3000 et 7000 euros, a dû chanter l'air revisité : "O Nicolas ! O mon président ! Tout l'univers t'abandonne !". Pour des renseignements plus précis, prière de s'adresser au ci-devant Eric Woerth qui fut trésorier du parti.

Ca ne s'invente pas, les généreux donateurs se sont retrouvés pour porter un toast au meilleur régime que la France ait jamais connu dans le salon Marie-Antoinette, classé aux Monuments historiques. Quel emblématique présage pour un renouvellement de bail élyséen.

Depuis la terrasse attenante, les ci-devant pouvaient contempler la "majorité silencieuse", ce bon peuple de France accouru en masse de toutes les provinces afin de saluer et complimenter un si bon prince.

Parmi ces prolifiques admirateurs, figuraient en bonne place  les époux Balkany, Patrick et Isabelle, ce couple mythique et dévoué que le monde nous envie : nos Fersen, Lamballe et Polignac bien de chez nous. Une mention particulière est accordée à Patrick qui suit son maître dans ses voyages officiels en chien fidèle : autant que sa loyauté, nous tenons à saluer une probité politique assez rare. Rappelons qu'il est, à ses heures perdues, député-maire de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine).


Les époux Balkany avaient choisi de bivouaquer dans la suite Bernstein, la plus spacieuse et la plus onéreuse de l'hôtel (9 500 euros par jour, repas non compris ; 245 m2 agrémenté d'une terrasse de 100 m2). D'après les renseignements donnés au Canard enchaîné, les Balkany entendaient fêter leur 36e anniversaire de mariage. Dont acte.


François Hollande ne s'est pas fait faute de brocarder ces agapes : "Voilà qui résume un quinquennat. Il avait commencé dans un grand restaurant, il finit dans un grand hôtel. Mais c'est avec les mêmes convives que le candidat sortant a commencé son mandat et qu'il va le terminer."

D'après, entre autres : Le Canard Enchaîné, 18 avril 2012, "Le Crillon du peuple".

CLAIRVAUX

Posté par LG LAGAUCHE à 13:33 - Commentaires [0]
Tags : , ,
mardi 20 mars 2012

x warrior

Posté par LG LAGAUCHE à 18:01 - Commentaires [0]
vendredi 16 mars 2012

affiche

260px-Entrée_Fouquet's

Posté par LG LAGAUCHE à 22:28 - Commentaires [0]
mercredi 14 mars 2012

Mélenchon-Le Pen : les «sans-culotte» à l’assaut du Front National

signesdeportes

 

 Conjuguant une nouvelle fois humour, ironie et allusion révolutionnaire, Jean-Luc Mélenchon a profité de sa visite au Salon de l’Agriculture pour répondre à Jean-Marie Le Pen, qui l’avait traité de « voyou », dimanche 26 février, sur Radio France. Le sommant de débattre avec lui, le président d’honneur du Front National proposait, à cette occasion, de «lui retirer son caleçon». Ce à quoi le candidat du Front de gauche s’est empressé de répondre : «Jean-Marie Le Pen veut m’enlever mon caleçon ? Trop tard : je suis déjà un sans-culotte !», une référence aux révolutionnaires devenus le symbole des événements de 1789. Issus du milieu populaire urbain, les «sans-culotte» militaient en faveur d’une République égalitaire et se distinguaient par leur mode vestimentaire. Arborant avec fierté un pantalon à rayures bleues et blanches, au lieu des bas et de la culotte courte (sorte de pantalon court et bouffant) que portaient les nobles et les bourgeois, ils étaient coiffés du désormais célèbre bonnet phrygien, de couleur rouge. La joute verbale, relayée par les médias, entre Jean-Marie Le Pen et Jean-Luc Mélenchon a été déclenchée à la suite du non-débat du 23 février 2012, lorsque la présidente du Front National, invitée sur le plateau de l’émission Des paroles et des actes, avait refusé de débattre avec le candidat du Front de gauche, arguant que c’était «un leurre», la «voiture-balai» du Parti socialiste. Symboles de campagne À 52 jours de l’élection, les polémiques autour du Front National et du Front de gauche ne semblent pas s’apaiser. Elles avaient déjà atteint un point critique il y a plus d’un an lorsque le dessinateur Plantu avait caricaturé les deux candidats, côte à côte, lisant un même discours dont le titre était : «Tous pourris». Sur ce dessin, intitulé «L’ascension des néopopulismes», Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon étaient tous deux affublé d’un brassard rouge, rappelant une triste époque où les idéaux fascistes et le nazis se manifestaient de la sorte. Le candidat du Front de gauche avait dénoncé ce dessin qu’il avait jugé «stupide politiquement ». À ses yeux, « [il] amalgame deux programmes et traditions politiques diamétralement opposés » et «contribue à la confusion politique». Quelques jours plus tard, dimanche 23 janvier 2011, invité de l’émission « C’politique » sur France 5, Jean-Luc Mélenchon avait réagi, autant sur le plan verbal que vestimentaire. Arborant au revers de sa veste le triangle rouge des déportés politiques durant la Seconde Guerre mondiale, il avait déclaré «Je m’estime insulté quand on dit que je serais comme les Le Pen. Je suis un homme de la gauche républicaine [...] et pour bien marquer la cruauté de cette comparaison aussi infamante, je mets ce triangle, qui est celui des déportés communistes, qui ont été arrêtés pendant la guerre et mis dans les camps de concentration». Depuis, le candidat du Front de gauche n’a plus quitté cet insigne et le portait le soir où il devait affronter Marine Le Pen sur le plateau de France 2.

 

Albelle Di Napoli

Posté par LG LAGAUCHE à 19:01 - Commentaires [0]
jeudi 8 mars 2012

Les métamorphoses de Sarkozy

260px-Entrée_Fouquet's

Dans son discours de Marseille, le dimanche 19 février, Nicolas Sarkozy s’est livré, la période du Carnaval s’y prêtant sans doute, à de multiples métamorphoses devant les yeux de quelques milliers de militants UMP ébahis, ravis, subjugués.

Le président des 1 % les plus riches endosse le costume du fils du peuple

« Je ne serai pas le candidat d’une petite élite contre le peuple. Je veux être le candidat du peuple de France »  déclarait-il à Marseille.
Oublié la fiesta du Fouquet’s lors de son élection en 2007, oubliées les vacances sur le yacht prêté par son ami Bolloré.
Oubliée l’instauration d’un « bouclier fiscal » de 50 % qui permettait à un millier de contribuables, parmi les plus riches, de recevoir, chaque année, un chèque du Trésor public de 260 000 euros en moyenne (30 millions d’euros pour Madame Bettencourt). Oubliée la suppression de l’impôt sur la fortune pour 300 000 riches ménages en 2011 avec un coût de 1,9 milliards d’euros pour l’Etat.
A Marseille, le président des riches, des banques et de la finance, sans le moindre scrupule, a revêtu le masque de Zorro, la cape noire du candidat « antisystème » alors que la droite occupe la présidence depuis 17 ans, qu’il a été ministre dans tous les gouvernements de droite durant la présidence de Chirac et qu’il est président de la République depuis 5 ans.


Le destructeur d’emplois industriels se transforme en chantre des ouvriers


« On oublie qu’une France (…) sans ouvriers, sans usines, sans ateliers (…) serait une France (….) économiquement à la merci des autres ».
Certes, mais c’est surtout lui qui n’aurait pas du l’oublier car, au cours des 3 dernières années notre pays a vu la fermeture de 900 usines et la perte de 100 000 emplois industriels (500 000 en 10 ans avec la droite au pouvoir).
En février 2008, Sarkozy promettait de sauver l’usine ArcelorMittal de Grandrange et s’exclamait : « Grandrange comme voyage de noces y a pas mieux ». L’usine fermera un an plus tard.
Ségolène Royal remue le fer dans la plaie, là où ça fait mal à Sarkozy : « Le candidat UMP n’a pas le courage d’aller là où les gens souffrent de ses promesses non-tenues ». Car les ouvriers d’ArcelorMittal Florange n’ont toujours pas reçu la visite du président ou du candidat de l’UMP, après l’annonce de la fermeture de deux hauts-fourneaux. Ils occupent aujourd’hui le centre administratif de l’entreprise et seraient sans doute ravis de recevoir Sarkozy en personne plutôt que ses CRS.


Le président qui s’était assis sur le référendum de 2005 devient le champion du référendum


« J’ai entendu les cris de ceux qui pensent que se tourner vers le peuple c’est du populisme. Au fond d’eux-mêmes, ils trouvent sans doute que le peuple n’est pas assez raisonnable, que le peuple n’est pas assez intelligent et que mieux vaut ne pas demander son avis au peuple »
Il ne manque pas d’air, lui qui n’avait pas eu le courage de soumettre à un référendum la ratification du traité de Lisbonne, copie-conforme du Traité Constitutionnel Européen que 55 % des électeurs avaient repoussé lors du référendum de 2005. Lui qui n’avait pas osé soumettre à référendum la privatisation de la Poste ou sa contre-réforme des retraites. Peut-être ne trouvait-il pas, alors, le peuple assez raisonnable, assez intelligent ? Tout comme le peuple grec d’ailleurs lorsqu’il a menacé Papandréou de chasser la Grèce de l’euro (avec un total mépris des traités européens qui s’opposent à une telle éventualité) s’il maintenait son projet de référendum.
Il gouvernera, s’il est élu, à coup de référendum qu’il choisira soigneusement afin de dresser les habitants de notre pays les uns contre les autres : ceux qui ont un travail et ceux qui n’en ont pas, ceux qui sont musulmans et ceux qui ne le sont pas, ceux qui sont étrangers et ceux qui ne le sont pas…
Mais il évitera soigneusement tout référendum sur le traité européen dit « pacte Merkozy », tout référendum sur l’augmentation de la TVA… Consulter le peuple, certes mais quand même pas sur ce qui pourrait fâcher les marchés financiers ou le Medef.
Il en profitera pour attaquer tous les corps intermédiaires qu’il a dénoncés à Marseille, les syndicats en particulier mais aussi les partis (sauf l’UMP), indiquant quel danger pour la démocratie constituerait sa réélection.


Le président qui a infligé tant de souffrances se voile derrière son mouchoir pour pleurer


« Je sais mieux que personne toutes les souffrances et toutes les difficultés… »
Sans doute, puisque de ces souffrances, il est le premier responsable avec sa politique au service du Medef et des 1 % des plus riches de la population.
En 2007, Sarkozy s’était engagé à réduire d’un tiers le nombre des 8 millions de pauvres. En 5 ans, le nombre de pauvres dans notre pays a augmenté de 337 000. Selon l’Insee, l’écart entre les 10 % les plus riches et les 20 % les plus pauvres s’est accru de 30 % entre 2004 et 2010.
Le système de santé français a longtemps été le meilleur du monde. Une dizaine d’autres le dépasse aujourd’hui et ce sont les personnes précaires qui souffrent le plus des cadeaux faits par Sarkozy aux cliniques privées, aux trusts pharmaceutiques, aux compagnies d’assurance. Les franchises et autres tickets modérateurs n’ont cessé d’augmenter. Le nombre de médicaments (utiles) non remboursés ou moins remboursés s’est multiplié. La hausse de la  fiscalité des mutuelles, qui leur a été imposée, aura pour conséquence une nouvelle augmentation de leurs tarifs (déjà plus de 30 % en 5 ans) amenant de plus en plus de Français à ne plus pouvoir se payer d’assurances complémentaires, alors qu’un tiers des habitants de notre pays doit renoncer à se soigner. Une journée de carence en cas de maladie a été imposée aux salariés de la fonction publique et une baisse de leurs indemnités journalières pour les salariés du privé percevant plus de 2 405 euros brut par mois. L’âge de la retraite a été repoussé à 62 ans avec toutes les implications d’un tel recul sur la santé de ceux à qui se sont vu voler deux années de leur vie.
Durant cinq ans il n’y aura eu aucun coup de pouce au Smic. Les allocations familiales et l’allocation logement ne seront revalorisées que de 1 %. Mais les profits du CAC40 ont augmenté de 85 % en 2010 sans que le président de la République s’en émeuve.

Le Président qui pouvait tout se déguise en victime de la crise


« Ensemble tout est possible »  affirmait le candidat Sarkozy en 2007.
En octobre 2007, il affirmait : « La croissance de 2007, je n’y suis pour rien, il faut la doper en 2008, et en 2009 ce sera la mienne ». Résultats : la croissance de 2007 atteignait + 1 ,9 %, celle de 2008 + 0,9 % et celle de 2009  – 0,4 % !
En janvier 2010 il certifiait : « dans les semaines et les mois qui viennent, vous verrez reculer le chômage dans notre pays ». Deux ans plus tard, notre pays comptait  400 000 chômeurs de plus, 1 million de plus depuis 2007.
A Marseille, il s’était retranché derrière des formules qui en disaient long sur son incapacité à changer le cours des choses : « La vérité c’est que le chômage n’a pas explosé comme ailleurs. La vérité c’est que des milliers de Français n’ont pas été chassés de chez eux. » En substance : nous avons eu la peste et le choléra mais tout le monde n’en est pas mort, mon bilan est donc positif !
Quant à la crise que nous subissons aujourd’hui, loin d’en être la victime, il en est l’un des premiers responsables, avec Angela Merkel, puisque c’est à leur initiative que les pays de la zone euro subissent des plans dits de « rigueur » qui les plongent dans la récession et le chômage.
« Si la France a  mieux résisté que d’autres c’est qu’elle a puisé sa force dans ce qu’elle avait de meilleur » ose-t-il affirmer à Marseille, alors que ce qui a, avant tout, permis à la France de mieux résister, ce sont les acquis sociaux du salariat qui ont servi d’amortisseurs à la crise mais que Sarkozy veut supprimer aujourd’hui.


Le Chanoine de Latran jette son froc aux orties et devient le champion de la laïcité


Le 20 décembre 2007, Nicolas Sarkozy déclarait, lors de son intronisation comme Chanoine de Latran, à Rome et par le Pape en personne : « Dans la transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur ».
A Marseille il affirmait « Je vois tous les jours la laïcité attaquée… ». Mais la « laïcité » de Sarkozy n’a rien à voir avec la loi de 1905 qui est une loi de tolérance qui accepte les processions religieuses dans l’espace public, les sonneries de cloches…
La « laïcité »  de Sarkozy est entièrement tournée contre l’Islam qu’il veut ramener à l’espace privé alors qu’il tolère dans l’espace public (comme le permet la loi de 1905) le rassemblement de dizaines de milliers de jeunes pour les journées mondiales de la jeunesse (JMJ) les processions catholiques, les calvaires, les pèlerinages à Lourdes… Pourquoi ces deux poids et ces deux mesures ?


Le recordman de la dette publique devient le chevalier du déficit zéro


« La dette de l’Etat et la dette des Français, c’est une seule et même dette ».
Quel culot ! Sous sa présidence, la dette publique a augmenté de 450 milliards d’euros, de 600 milliards d’euros depuis que la droite est au pouvoir. Des centaines de milliards qui ont pour origine la baisse des impôts des ménages les plus riches et des sociétés, et les dizaines de milliards dépensés pour sauver les banques. De 64 % du PIB en 2007 à 86 % fin 2011.


Le pourfendeur de l’Etat revêt le déguisement du défenseur de l’Etat


« Je veux parler de cette grande chose en France qui s’appelle l’Etat. »
Cette grande chose qu’il a continuellement attaqué, sapé durant son quinquennat : remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, suppression de 70 000 postes de professeurs, de 13 000 postes de gendarmes et de policiers, l’Hôpital public dépecé par les Agences régionales de santé (ARS) au profit des cliniques privées et de leurs actionnaires, la privatisation de GDF…


Le commis du Medef revêt les habits de l’homme libre


« Quand on aime la France, on n’est prisonnier d’aucun groupe de pression, d’aucun syndicat, d’aucune clientèle, d’aucune minorité ».
Toutes les principales contre-réformes de son quinquennat, il les a menées selon les instructions précises du Medef : santé, retraites, restriction du droit de grève, stagnation du Smic, fusion ANPE-ASSEDIC, déconstruction du code du travail, ruptures à l’amiable du contrat de travail, accords de compétitivité, augmentation de la TVA pour baisser les cotisations sociales patronales… Le candidat Sarkozy est un homme sous influence, du Medef et des marchés financiers.

Le Président « des copains et des coquins » se rase le crâne et gonfle ses biceps de Monsieur Propre


« Quand on aime la France, on n’est prisonnier (…) d’aucune clientèle »
En juillet 2008 : Bernard Tapie qui avait soutenu Sarkozy en 2007 touche 45 millions d’euros dans le litige qui l’opposait au Crédit Lyonnais. Le ministre de l’Economie avait opportunément pris la décision de confier la résolution de ce litige à un tribunal arbitral et non à la justice.
D’août 2008 à avril 2009, il fait garder par 15 gendarmes la villa corse de son ami Christian Clavier.
En octobre 2009 : son fils, Jean Sarkozy, 23 ans, étudiant en 2ème année de droit, est proposé pour devenir président de l’EPAD, le centre d’administration de l’un des plus important quartiers d’affaires d’Europe.
En novembre 2009 : son ami Henri Proglio est nommé PDG d’EDF avec une augmentation de 45 % de son salaire qui atteint 1,6 millions d’euros par an.
En juin 2010 : Christine Boutin, qui s’est depuis retirée opportunément de la course à la Présidence au profit de Sarkozy, est chargée d’une mission « sur les conséquences sociales de la mondialisation » payée 9 500 euros par mois. Elle percevait déjà une retraite de parlementaire de 6 000 euros.
En juin 2010 débute l’affaire Woerth-Bettencourt.
En septembre 2011 : l’affaire Karachi rebondit, deux proches de Nicolas Sarkozy sont mis en garde à vue.
Devant le tollé que provoque la décision de nommer Jean-Louis Borloo, qui s’est lui aussi opportunément retiré de la course à l’Elysée, à la tête de Veolia, Sarkozy recule et affirme qu’il y a maldonne.
Quant à Stéphane Guillon et Didier Portes, tous les deux licenciés de France-Inter, ils n’étaient pas vraiment copains de Sarkozy ou de l’Etat-RPR. Et ne l’envoyaient pas dire.


Le Président qui avait augmenté son salaire de 172 % se met à prêcher contre les rémunérations excessives


« Il faut avoir le courage de dire aux élites qu’une partie d’entre elles n’a pas été à la hauteur de ses responsabilités en s’octroyant des rémunérations qui défiaient le sens commun. »
Nicolas Sarkozy a, finalement, prononcé une seule phrase vraiment sensée au cours de son long discours : « L’impunité en haut de l’échelle n’est pas acceptable ». Aidons-le à la mettre en application : le 6 mai renvoyons-le à son cabinet d’avocat d’affaires.


Jean-Jacques Chavigné

Posté par LG LAGAUCHE à 17:51 - Commentaires [0]

C. Bruni-Sarkozy: «Nous sommes des gens modestes»

sarko

« Le problème n’est pas d’être riche, ou de vivre de manière aisée. Le problème est de ne pas se rendre compte de sa situation privilégiée, et de le dire en toute ingénuité. » Notre blogueur associé Romain Pigenel voit du Marie-Antoinette en Carla Bruni-Sarkozy : bien loin des réalités, elle plombe les efforts de son mari qui tente de paraître moins bling-bling.

« Nous sommes des gens modestes ! ». C’est le cri du cœur de Carla Bruni, épouse Sarkozy, accompagnant son président de « mon mari » sur le plateau  de Des  Paroles  Et  Des  Actes . Re-contextualisons. Le début de l’émission se fait sur les fautes symboliques de début de mandat du président sortant, Fouquet’s, yacht Bolloré et tutti quantiUn journaliste du Monde  a pu se faufiler dans la loge de la première dame et suivre ses réactions en direct. Elle prend, fort logiquement, fait et cause pour son présidentiel conjoint, jusqu’à cette protestation rapportée de façon gourmande par le quotidien du soir, et qui fait depuis les délices du web : « Nous sommes des gens modestes ».


« Modeste » n’est pas une catégorie fiscale définie par la loi. Certes. Mais les mots ont une signification, et des connotations. Modeste n’est pas simple. La simplicité exprime un mode de vie, la modestie (dans ce sens) un niveau de revenu. On peut être riche, ou pauvre, et vivre simplement. Mais il ne viendrait à l’idée de personne de dire de quelqu’un de riche , qu’il a des revenus « modestes ». De deux choses l’une : soit Carla Bruni parle mal français, ce qui est fort peu probable ; soit ce n’est pas un défaut de langue, mais bien d’échelle des valeurs, qui explique sa curieuse sortie. Ce qui est un tantinet plus problématique


Un article du Figaro de 2008  – source non bolchévique et donc plutôt fiable en la matière – estimait le patrimoine de la première dame à 18,7 millions d’euros. Le patrimoine moyen d’un ménage en France est de 150 000 euros, moyenne cachant de fortes disparités (moins de 10 000 euros pour un ouvrier non qualifié !). Estimer qu’une fortune  personnelle – sans prendre en compte les biens de Nicolas Sarkozy – plus de cent fois supérieure à la fortune « moyenne » d’un ménage français fait de vous une Française modeste , c’est avoir un grave problème de perception de la réalité sociale de son pays. Distorsion qui prend encore plus de poids, et de caractère choquant, en période de crise et de chômage de masse.


Carla Bruni n’est pas la première à « faire le job » maladroitement pour contrer l’image bling bling du président. Estrosi, il y a peu, tentait de repeindre le Fouquet’s en « brasserie populaire », tandis que le fidèle Guéant  se lamente à présent sur la « vie d’une austérité extrême  » du président des riches. Ces deux commentaires relèvent de manière si évidente de la grossière propagande qu’ils en deviennent plus grotesques que choquants. A contrario, c’est l’impression de naturel et de sincérité qui émane de la phrase volée de Carla Bruni, telle qu’on nous la rapporte, qui crée le malaise. Dans l’intimité, elle pense réellement appartenir à la catégorie des Français modestes. Que connaît-elle, que comprend-elle du quotidien de ses concitoyens ? Est-elle à ce point coupée du monde extérieur aux arrondissements dorés  de l’Ouest parisien  ?


On voit ainsi se dessiner un cocktail explosif que les communicants de Nicolas Sarkozy  feraient bien de surveiller de près. Compagne très en vue + ayant exercé des métiers considérés comme frivoles + s’engageant nettement dans la campagne + suspectée de mœurs dispendieuses + révélant une inconscience globale de sa situation, et de la perception que peuvent en avoir les Français. Ce profil correspond à celui d’une figure honnie de l’histoire de France et du folklore républicain : Marie-Antoinette.


Le problème n’est pas d’être riche, ou de vivre de manière aisée. Le problème est de ne pas se rendre compte de sa situation privilégiée, et de le dire en toute ingénuité. C’est le propre de la Marie-Antoinette, à la différence, par exemple, d’un flambeur provocateur (Gainsbourg brûlant un billet de banque) ou d’un Tartuffe se faisant passer pour pauvre sans l’être. Le flambeur et le Tartuffe ont ceci de commun avec « les gens » qu’ils connaissent tous deux la valeur de l’argent, le Tartuffe l’instrumentalisant tandis que le flambeur la transgresse à dessein. La Marie-Antoinette, elle, avoue sans même s’en rendre compte qu’elle appartient à un autre système de valeurs, et donc à un autre monde, que le nôtre.


Dans une période où la tolérance envers les privilèges et les inégalités est à son plus bas, il n’y a probablement pas de façon plus directe pour devenir une tête de Turc honnie. Et ruiner les laborieux efforts présidentiels de déblingblingisation.

 
Retrouvez Romain Pigenel sur son blog.

Posté par LG LAGAUCHE à 17:37 - Commentaires [0]
mercredi 7 mars 2012

le candidat du Front de Gauche est crédité de 10% d’intention

 Jean-Luc Mélenchon était en meeting hier soir à Rouen et le talentueux boute-en-train de la campane présidentielle avait la banane avant de monter sur scène. Il y avait de quoi ! Pour la première fois, le candidat du Front de Gauche était crédité de 10% d’intentions de vote au premier tour de l’élection. L’euro-député était donc en forme et a livré une performance en conséquence.

L’information, de première importance, est annoncée par Pierre Laurent sur scène sous les applaudissements de 7.000 partisans réunis pour l’occasion. Pierre Laurent, le secrétaire national du Parti communiste, qui participe au meeting, commente : « S’il y a un troisième homme dans cette campagne, ce sera Jean-Luc Mélenchon et personne d’autre ! » Peu importe les Bayrou et Le Pen ! Quand le candidat prend enfin la parole, c’est pour livrer un discours de plus d’une heure. Enfin, avec un tel nombre de punchlines, le monologue ressemblait plus à un peloton d’exécution. Alignés contre le mur, et dans le désordre, Sarkozy, le Halal ou encore la famille Le Pen reçoivent chacun une rasade de Mélenchon pur jus. Après le duel du ridicule contre Marine Le Pen de la semaine dernière, Jean-Luc Mélenchon est revenu à la charge : « Quand je parle, tu te tais ! Parce que tu as peur, parce que tu ne sais pas quoi dire. Pour la première fois depuis trente ans, c’est la gauche qui fait baisser les yeux à l’extrême-droite« . Le paternel de la candidate frontiste en a également pris pour son grade. Le candidat de gauche a répondu au fondateur du FN qui clamait vouloir lui baisser son pantalon : « Ce ne sera pas moi. Je ne peux pas faire toute la famille« . Puis, il a répondu à une attaque que le père Le Pen avait formulée à son encontre dans la semaine : « Non, les communistes n’ont pas de sang sur les mains. Le seul qu’ils aient, c’est celui de l’envahisseur qu’ils ont repoussé. Mais lui, M. Le Pen, il a du sang jusqu’aux coudes, celui des personnes qu’il torturait » pendant la guerre d’Algérie. Des propos qui pourraient l’emmener devant le juge. Jean-Marie Le Pen n’hésitant jamais à porter plainte contre les personnes formulant de telles allégations. Après le quart d’heure extrême-droite, le président sortant a dû subir les foudres de l’homme de gauche. Ce dernier s’en est pris à la polémique du moment, à savoir la viande halal, en la qualifiant « d’histoire de fou ». Il a poursuivit : « Quand on commence avec halal, on continue avec casher et la République se trouve tout à coup confrontée à un débat qui nous ridiculise à la face de l’univers (…) Mais non, on n’attrape pas le judaïsme ni l’islam en mangeant de la viande. La laïcité, c’est la séparation des églises et de l’Etat, pas la séparation des abattoirs et de l’Etat. Si vous êtes si gourmand de laïcité, suivez le programme du Front de gauche !« . De bonne humeur, Jean-Luc Mélenchon a complimenté François Hollande pour sa proposition de taxe à 75% : « c’est un bon début » même si « a mon avis, il n’y a pas réfléchi avec toute la finesse technique que cette question appelle. Un impôt, ça doit être progressif ! C’est pour ça que nous proposons quatorze tranches« . Pour terminer avec ce sujet, le candidat a relancé la chasse aux sorcières et ce, de façon très ironique. En effet, il ne s’agit plus de chasser les méchants communistes mais plutôt les vilains capitalistes aux poches trop pleines qui veulent fuir notre beau pays : « Nous les pourchasserons« , ces « déserteurs fiscaux« . Un discours conclut en hypothèse par l’appel à ses partisans « de prendre la Bastille et abolir les nouveaux privilèges de notre temps ». Le mot de la fin ? « Vive la VIe République, vive la République, vive le socialisme et vive la France« .

Posté par LG LAGAUCHE à 18:04 - Commentaires [0]
mardi 6 mars 2012

Marine Le Pen valse à Vienne : bal néo-nazi ou "seulement" d'extrême droite ?

 

Depuis quelques jours, les articles se multiplient sur la participation de Marine Le Pen à un bal des corporations estudiantines à Vienne, dont certaines sont présentées dans la presse comme proches de néo-nazis, "interdites aux juifs et aux femmes". Au cours de son voyage, elle a rencontré Heinz-Christian Strache, chef du Parti de la liberté, extrême-droite autrichienne, (FPÖ), et Martin Graf, vice président du parlement autrichien depuis 2008, idéologue et membre du FPÖ. Mais c'est surtout sa participation au bal qui a retenu l'attention. Politiques et commentateurs ont dénoncé "le vrai visage" qu'a montré à cette occasion Marine Le Pen. SOS racisme a dénoncé un «bal immonde pour nostalgiques du IIIe Reich».

Que sait-on précisément sur ces corporations qui ont organisé le bal ? Peut-on les qualifier de néo-nazis? Ou bien de nationalistes et ultraconservatrices ? Comment la venue de Marine Le Pen a –t-elle été médiatisée ?

"En ce moment, nous assistons à une rediabolisation du FN" a estimé l'éditorialiste politique Thomas Legrand jeudi matin dans sa chronique consacrée au bal auquel a participé Marine Le Pen. Parlant même de "bal des nazilllons de Vienne" dans lequel Le Pen a été entraînée par son père, qui y participait depuis de nombreuses années. Sur RTL, Jean-Michel Aphatie a également interviewé Marine Le Pen sur le sujet. Il lui demande pourquoi elle a participé à ce bal, alors qu'elle ne se définit pas comme faisant partie de l'extrême droite :

Marine Le Pen a répondu plusieurs fois à la presse sur le sujet ces derniers jours, avec des arguments quelque peu différents. Sur BFM, elle lance : "les Français savent pertinemment qui je suis, ce que je défends" et s'estime victime d'une "campagne de diffamation". Même ton dans un communiqué à l'AFP, le 1er février (dont la dépêche est publiée ici sur le site de Libé), s'estimant victime d'une "polémique montée de toutes pièces".

Dans un précédent communiqué, le 27 janvier, envoyé à la suite de la publication d'un article de l'Express, qui révélait sa participation à ce bal, elle tentait de présenter ce bal comme "traditionnel": "Contrairement à plusieurs informations fantaisistes, Marine Le Pen a été invitée à un des plus célèbres et des plus traditionnels bals de Vienne. Les élucubrations répandues par certains médias relèvent de la diffamation pure et simple et se font le relais de l’extrême gauche autrichienne qui depuis des années cherche à faire interdire tous les bals viennois, symboles à leurs yeux du respect des traditions autrichiennes. Participent à ce bal des personnalités et des élus de toutes origines. Des journalistes seront d’ailleurs présents à cette soirée mondialement connue."

Qu'en est-il ? Est-ce seulement un bal traditionnel viennois ? Est-il néo-nazi comme le disent plusieurs journaux? Le journaliste Blaise Gauquelin, correspondant à Vienne notamment pour Libé et l'Express est le premier à avoir évoqué la participation de Marine Le Pen à ce bal dans cet article, publié dès le vendredi après midi sur le site de l'Express. Il raconte à @si qu'il a été informé "par une indiscrétion d'un diplomate", l'information lui a ensuite été confirmée par le staff de Martin Graf, vice-président du parlement autrichien, membre du parti d'extrême-droite FPÖ.

Marine Le Pen, de son côté, n'avait pas caché sa participation à un bal, mais sans davantage de précisions : "Marine Le Pen se rendra au bal du palais impérial du Hofburg, à l'invitation de Heinz-Christian Strache, président du FPOe", peut-on lire sur le communiqué de presse. Selon Gauquelin, Le Pen espérait qu'aucun journaliste n'enquête davantage pour savoir de quel bal il s'agissait. Elle "savait pertinemment où elle mettait les pieds", estime-t-il, et voulait "donner des gages aux plus durs du FN", tout en espérant que cette venue ne se sache pas trop. Mais lui-même avait déjà enquêté sur les corporations étudiantes pour cet article.

On est bien loin d'un bal traditionnel viennois, estime Gauquelin, qui n'h'ésite pas à employer le terme de "néo-nazis" dans plusieurs de ses articles. Sur l'Express, il précise que Martin Graff, avec qui a valsé Marine le Pen, est "membre d'Olympia, une "Burschenschaft", corporation secrète interdite aux juifs et aux femmes dont les membres sont chargés de véhiculer dans la société, par des biais détournés, des idées néonazies, pangermanistes, antisémites et négationnistes." Il ajoute : "Ils pratiquent le duel au sabre dans les caves des beaux quartiers de Vienne et se reconnaissent entre eux à la balafre qu'ils se doivent d'exhiber sur une joue."

Il précise aussi à @si que les journalistes n'ont pas eu l'autorisation d'assister à ce bal. Il a essayé d'y entrer en tant que journaliste, on lui a alors dit d'acheter sa place. Et lorsqu'il a voulu acheter sa place, on l'a refusé au motif qu'il était journaliste. "Cent vingt journalistes avaient demandé une accréditation, mais seule l'agence de presse Austria Presse Agenture a été autorisée à entrer", relève pour sa part Médiapart. Un journaliste du quotidien autrichien Der Standart a pu toutefois y entrer en achetant sa place et a réalisé ce reportage.

Dans un article de Libé, ce lundi, il précise que les organisateurs du bal sont "clairement" des "néonazis, antisémites et racistes".

Dans ce même article, il donne des éléments permettant de montrer le caractère antisémite de ces organisations : "Par le passé, des figures de proue du négationnisme, comme John Gudenus, condamné en 2006, ont été ostensiblement applaudies au WKR-Ball (NDLR, nom allemand du bal). "Irmfried Eberl, commandant du camp d’extermination nazi de Treblinka (Pologne), demeurait en 2009 membre posthume de Germania, une corporation d’Innsbruck. Et Rudolf Hess, l’une des personnalités majeures du IIIe Reich, a même été proposé en 1987 par la fédération des Burschenschaften pour le prix Nobel de la paix !".

Dans le Monde, aussi, on emploie le terme de néo-nazi: "Olympia est considérée comme proche du néonazisme, mais a su conquérir des positions influentes : par exemple celle occupée par Martin Graf, troisième vice-président du Parlement autrichien, où il a reçu vendredi la délégation du FN", écrit la journaliste Joelle Stolz. Quant aux autres corporations co-organisatrices de l'événement, elles "cultivent une germanité mythique", précise la journaliste.

Plusieurs associations, SOS racisme, le Mrap et l'Union des étudiants juifs de France ont dénoncé la participation de Marine Le Pen à ce bal, reprenant les éléments présentés par Gauquelin dans son article : "Le groupe Olympia dont il est l'un des idéologues est une corporation secrète, interdite aux juifs et aux femmes, dont les membres ont pour mission de véhiculer des idées néonazies". De son côté, le Mrap évoque également la "tradition néonazie, antisémite et négationniste" d'Olympia. Bernard- Henri Lévy a réagi également sur son blog La règle du jeu, estimant que Marine Le Pen venait peut-être "de ruiner ses chances d'être au second tour" de la présidentielle en s'affichant à un bal de l'extrême-droite en Autriche "avec des antisémites avérés". "Comment a-t-elle pu prendre le risque d’aller valser dans le seul des bals viennois interdit, de fait, aux juifs et aux journalistes ? Comment, pourquoi, s’est-elle ainsi exposée aux côtés des militants d’Olympia, l’une des plus dures, des plus extrémistes, des plus ouvertement «néo» de ces Burschenschaften et qui était à l’origine de l’invitation ?", ajoute-t-il.

"LA Réalité historique des fraternités autrichiennes"

La presse et les commentateurs se sont-ils emballés, ont-ils caricaturé le WKR-Ball, comme le dit Marine Le Pen? Nous avons contacté le spécialiste de l'extrême droite européenne, Jean-Yves Camus. Celui-ci ne critique pas la manière dont la presse a traité de ce bal, mais estime toutefois que certains médias semblent "méconnaitre la réalité historique des fraternités autrichiennes", "partie intégrante de la vie sociale autrichienne depuis le début du XIXe siècle, qui ont servi à former toute l'élite acquise aux idées nationalistes". Notamment ce qu'elles représentent socialement : "un passage quasiment obligé pour des étudiants qui veulent réussir leur carrière". Les corporations étudiantes sont loin d'être des groupuscules secrets, ajoute-t-il. Elles ont au contraire pignon sur rue. Ainsi le bal s'est-il déroulé dans l'ancien palais impérial, qui abrite le siège de la présidence, toute une aile du bâtiment étant louée pour des conférences ou des réceptions. Camus réfute aussi le caractère "secret" des organisation. Olympia a un site internet, précise-t-il.

Qui sont précisément les organisateurs de ce bal? "C'est un événement annuel depuis 1952, explique Camus. Il est organisé par un ensemble de corporations "allant de la droite nationale à des corporations proches de la politique incarnée par le FPÖ". Ces fraternités organisatrices de l'événement sont donc un peu plus "plurielles" que ce que laissent entendre les articles français, soulignant essentiellement le caractère sulfureux d'Olympia. Néanmoins, il est indéniable que Marine le Pen a bien été accompagnée et invitée par Martin Graf, membre précisément d'Olympia. Une corporation "antisémite" pour Camus, qui précise qu'elle entretient des liens étroits avec le négationiste David Irving, invité plusieurs fois par Olympia (pas forcément dans ce bal). "L'existence de ce bal et de ce type de corporation pose la question du rapport de l'Autriche avec son passé nazi", ajoute-t-il. "En Allemagne, il serait impossible de donner ce type de bal."

Peut-on dire que la corporation est "interdite aux Juifs et aux femmes" ? "Ce n'est pas écrit noir sur blanc, précise-t-il, d'autant que cela serait interdit par la législation européenne. Mais ces corporations "fonctionnent pas cooptation", "il va de soi qu'ils ne sont pas les bienvenus." Certains juifs, eux-mêmes nationalistes, ont pu en faire partie avant la Shoah, précise-t-il encore. Y en a -t-il encore maintenant ? "Difficile de le savoir", répond-il. Quant aux femmes, c'est un fait que ces fraternités sont "masculines" dans leurs statuts, et qu'elles n'acceptent pas les femmes.

Pour Camus, Marine le Pen ne connaissait pas forcément la réalité de ces corporations. Elle est venue, avant tout, en tant que candidate à la présidentielle française, "pour rencontrer les dirigeants du FPO", "un parti crédité de 28% d'intention de vote, qui a déjà gouverné, et qui est amené à gouverner à nouveau." Elle a rencontré ainsi Heinz-Christian Strache, chef du Parti de la liberté (FPÖ), qui affiche son ambition de devenir chancelier d'Autriche, et Martin Graf, vice-président du parlement autrichien.C'est peut-être sur cette rencontre avec le parti d'extrême droite autrichien que la presse aurait pu davantage s'attarder. Pour Camus, la vraie question, qu'aurait dû se poser la presse, ce n'est pas si les corporations étudiantes sont antisémites ou néo-nazis, mais plutôt "pourquoi le FPÖ, dont les premiers dirigeants étaient d'anciens nazis, est maintenant accepté par une coalition politique en Autriche". Et contrairement à ce que dit Marine Le Pen chez Aphatie, "tous les politologues sont unamimes sur le FPO : c'est un parti d'extrême-droite", explique-t-il. Mais contrairement à Olympia, "il doit faire attention à ce qu'il dit et à son image" pour être susceptible d'être élu. Un peu comme...le Front national.

 

Posté par LG LAGAUCHE à 16:05 - - Commentaires [0]
Tags : , , , ,
mardi 28 février 2012

600 raisons de ne pas voter sarkozy

Posté par LG LAGAUCHE à 10:16 - Commentaires [0]

Sarkozy : les cantines contre le Fouquet’s -

16153_1163395448505_1336435998_402641_6382289_n

Un matin comme les autres. Le candidat Sarkozy arrive à pied à son QG (comprendre qu’il a parcouru à pied les cent derniers mètres). A l’équipe d’une chaîne continue qui filme cette image sidérante, le piéton lance, moqueur : «A la fin de la campagne, vous en aurez assez de marcher à reculons ?» Parce que l’équipe est là, évidemment, fidèle au poste, comme chaque matin.

Et non seulement elle le filme, mais elle diffuse en direct les images de son arrivée matinale, et pédestre.

Sarkozy est arrivé à son QG : l’information est capitale, en effet. Notez bien que le président sortant est le seul à être ainsi traité. Les chaînes d’info ne nous informent pas de l’arrivée à leur QG de Marine Le Pen, ou même de François Hollande. Attention, il va prendre le train : flash spécial. A la gare du Nord : re-flash. Avec Rachida Dati : débat de politologues. Est-elle vraiment rentrée en grâce ? Ah, son train est retardé d’un quart d’heure : Antoine, vous êtes en duplex de la gare du Nord, a-t-on davantage d’informations ?

Finalement, son train est parti : bandeau d’alerte en bas de l’écran. Ouf ! La chaîne souffle. Dans l’impossibilité d’établir une liaison en direct avec le train, profitons de ce moment de répit pour décrypter toute la séquence : décidément, la présence de Rachida Dati a été très médiatisée, décrypte le décrypteur.

Le candidat Sarkozy jubile : il est redevenu un bon sujet, comme en 2007. Il fournit de bonnes images, une bonne histoire, un vrai suspense (va-t-il renverser la vapeur ?) Il a rajeuni de cinq ans. Est-il pour autant revenu en 2007 ? Peu lui importe, pour l’instant. Il savoure. La surexposition, ces derniers jours, de l’image de «l’homme seul, candidat du peuple, qui marche dans rues, à la rencontre du peuple» repose l’éternelle question de l’influence de la télé sur l’élection. Sarkozy, désormais inaudible, peut-il espérer peser par cette seule image ? La question de l’influence de la télé s’est modifiée, semble-t-il.

Au rendez-vous fédérateur du 20 Heures, liturgie préhistorique dont la vacuité apparaît aujourd’hui évidente, se sont substituées les chaînes d’info continue, fascinées par le direct et par lui soumises. Entendons-nous : cette fascination est uniquement visuelle. Face aux mots de Sarkozy, les journalistes de l’info continue conservent leur sens critique professionnel.

Quand Sarkozy propose d’interdire les parachutes dorés, les chaînes d’info font leur boulot : elles rediffusent toutes les promesses identiques, et non tenues, du candidat. Mais ce zèle à démonter les mots s’évapore soudain dès que les mêmes journalistes se trouvent devant cette chose stupéfiante : des images.

Si les mots sont immédiatement domptés, les images galopent en liberté. L’arrivée de Sarkozy, le matin, à son QG de campagne, à pied et sans gardes du corps, est unanimement traitée avec autant de respect qu’un incunable. Il ne viendrait pas à l’idée d’une chaîne de filmer le contrechamp : comment les policiers s’écartent du champ. Et quand la machine de l’info continue ne les transmet pas en direct, ces images, elle les diffuse en boucle, comme illustration visuelle, dans une entreprise ininterrompue de décervelage. Jusqu’à ces derniers jours, les réseaux sociaux, majoritairement antisarkozystes, traitaient par la dérision cette propagande bananière (le détournement immédiat de l’affiche maritime de campagne du candidat fut à cet égard un grand moment).

Mais il se pourrait bien que cet équilibre se rompe. Les ouvertures successives, par le candidat président, d’une page Facebook, d’un compte Twitter, et d’un compte Deezer, ont peut-être bien changé la donne. Inondant ces supports de l’image qu’il souhaite donner (candidat du peuple, proche des gens, qui marche dans les rues sans gardes du corps, etc.)

Sarkozy s’est donné les moyens de la polyphonie. L’image de propagande parvient désormais aussi bien par le canal officiel historique du 20 Heures, par les canaux officiels néomodernes des chaînes continues, et par les maquisards rebelles de Twitter, effarés mais fascinés. Toute la semaine dernière, le public a été cerné par l’image de l’homme qui parle à l’oreille des femmes enceintes et des garçons de café du XVe arrondissement.

Quant aux reportages écrits, ils ratifiaient, avec toute l’autorité de la graphosphère, ce que montraient les images : le nouveau Sarkozy parle vraiment aux garçons de café et il est vraiment charmant avec les journalistes. Cette polyphonie, le fait qu’un même message parvienne par des canaux différents, avec des habillages différents, a toutes les caractéristiques d’un emballement. Cela va-t-il marcher ? L’image de la cantine d’Alstom va-t-elle effacer celle du Fouquet’s ?

Ce n’est pas certain. Mais le contraire n’est pas certain non plus.

 DANIEL SCHNEIDERMANN

Posté par LG LAGAUCHE à 10:01 - Commentaires [0]
Tags : , , ,
vendredi 24 février 2012

Sarko en cambrousse

afficheSarko

En ce temps-là, le batave restait désespérément en tête des sondages. Sarkozy avait beau promettre de décrocher la lune avec ses quenottes, de terrasser le colosse de Rhodes au bras de tata Angèle et même de multiplierles petits pains façon nazaréen, rien n'y faisait. Le locataire de l'Elysée le plus détesté de la Cinquième ne décollait pas d'un iota dans les enquêtes d'opinion, il lui fallait trouver autre chose...

 

Un thuriféraire un peu plus zélé que les autres avait bien eu une illumination mais elle s'était vite transformée en obscure polémique. Le quidam, accessoirement maire UMP de la bonne bourgade de Nogent sur Marne, célèbre jadis pour ses guinguettes, ses tonnelles et son petit vin blanc, avait eu la lumineuse idée de faire ériger une statue à l'effigie de la première dame de France, la marmoréenne Carla Bruni. Ce projet pour le moins ceaucescien avait légitimement provoqué bronca sur internet, lazzis sur Twitter et haro sur le bourgmestre. Il fallait décidément trouver autre chose...

 

Lors d'une de ses nombreuses et dispendieuses virées à la rencontre des français, randonnées pédestres au milieu d'une foule en pâmoison, racolée pour la circonstance dans le vivier des militants UMP, on avait pu constater que des enfants de Lavaur, charmante cité du Tarn, agitaient des petits drapeaux sur le passage du chef de l'Etat tout en criant à tue-tête son glorieux patronyme. Ici au moins, a priori, l'avenir de la nation soutenait notre guide suprême. Patatras. On apprenait plus tard que les gentils bambins avaient été obligés de faire la claque et ce, sans l'accord de leurs géniteurs. Il fallait encore trouver autre chose...

 

Loin de ses vieilles néo-pétaineries et autres mises en scènes à la coréenne, la très pieuse Christine Boutin, précédant en cela Hervé Morin, inaugurait la cérémonie des ralliements des petits candidats au monarque. La bombe atomique qu'elle nous avait promise si elle n'obtenait pas ses 500 signatures n'était en fait qu'un pistolet à eau... Bénite, bien entendu. Elle confiera plus tard sur le plateau de Naulleau et Zemmour que sa menace nucléaire s'avérait être en fait une hypothétique envie d'effectuer une grève de la faim. Vous m'en direz tant ! Sans vouloir jouer les malotrus, on ne pouvait s'empêcher de penser que cette décision ô combien courageuse eut plus relevé de la compétence des officines de la santé publique que de celles du ministère de la guerre... Autre chose ?

 

Carlita, de retour aux affaires depuis son accouchement, abandonnait la guitare six cordes pour "jouer du violon" en l'honneur de son époux. Elle trouvait bien évidemment toutes ses idées "fabuleuses" tout en lâchant humblement cette confidence : "Je ne m’y connais pas tellement mais franchement, je trouve qu’il a tout bien fait." Très en verve, elle confiait également à un magazine téloche ses goûts simples et populaires en matière de petite lucarne. Ô surprise, elle adorait "Plus belle la vie" ou "Le bonheur est dans le pré". Les communicants élyséens étaient passés par là. Exit la branchouille bobo et le cinéma intello, place à la culture de masse. Avantage, son mari pourrait enfin revenir à ses fondamentaux : arrêter de subir du Bergman ou de ronfler sur du Antonioni. Mais question remontée dans les sondages, c'était encore un coup d'épée dans l'eau...

 

Quand ça veut pas, ça veut pas. Ni une ni deux pour Sarkozy, il lui fallait d'urgence avancer la date de l'annonce de sa candidature. Abandonner l'idée de faire comme Mitterrand et de se présenter au dernier moment comme une évidence. Sur le plateau de TF1, il disait enfin OUI à Ferrari qui rougissait de bonheur. Il décidait dès lors, de saturer l'espace médiatique pour étouffer son adversaire corrézien. Il allait créer un événement par jour, relayé pour ce faire par des médias complices.

 

Le carnaval débutait le lendemain par une visite de fabrique de reblochons à Annecy. Il osait, lui l'ami des riches et des puissants, se présenter comme le candidat du peuple. Les médias qui n'en demandaient pas temps, en faisaient tout un fromage, en oubliant de dénoncer une supercherie pathétiquement grossière. Un peu comme si sa moitié transalpine déclarait acheter ses fringues à la Foirfouille.

 

Samedi, la mascarade jouxtait l'apothéose. Le buzz choisi était l'inauguration par le satrape de ses bureaux de campagne. Un non-événement au demeurant, croyait-on. Que nenni ! Comme ses comparses télévisuels, itélé en direct live allait en faire des tonnes. Dans l'attente de l'arrivée du messie de poche, un journaliste chauve à lunettes était en train d'avoir quasiment un orgasme, en contant par le menu le QG si chéri. On apprenait qu'il s'appelait Jean-Jérôme Bertolus. Le garçon allait bientôt prendre des accents lyriques. Rendez-vous compte, le dieu vivant avait franchi le pont Mirabeau à pied et l'immense J.J. décrivait la scène comme si le neuilléen marchait sur l'eau. On espérait pour lui une illusion d'optique tout en soupçonnant amèrement un comble de flagornerie...


Hier était venu, en ce jour du saigneur, le temps du gras meeting phocéen, le point d'orgue (de barbarie ?) du show désormais quotidien, la grand-messe païenne à la gloire du roitelet. Cerise sur le gâteux, le gratin de la Sarkozie rampante avait été réquisitionné. Fillon, Juppé, Copé mais aussi Bruni, sortie comme une poupée de la soute à bagages.

A l'antenne, l'incontournable troubadour J.J. Bertolus vociférait une fois de plus son amour et sa fougue pour l'agité du palais. Pêle-mêle, il décrivait avec passion, "une ambiance de cocotte-minute", "un soulagement pour les militants de voir enfin leur champion entrer en campagne" tout en magnifiant "un guerrier, que le défi allait pousser". Piteuse logorrhée d'un plumitif affidé. Rien de nouveau sous le soleil de Massilia ! J'oubliais... Après la perspective de référendums sur des sujets clivants, le bonimenteur avait sorti de sa manche trouée, la promesse d'une proportionnelle "à la marge", une manière de siphonner les voix des gars de la Marine et du  fan-club béarnais...

 

La veille, le sourcilleux Claude Allègre avait joué les Besson Bis en taclant fielleusement son ancien compagnon de route François Hollande. En revanche, il avait apporté un soutien sans faille à Sarkozy et devrait même intégrer prochainement le comité stratégique de sa campagne. A ce propos, on constatait que dans cette équipe, on trouvait deux anciens du Front National, l'inévitable Patrick Buisson et le jeune loup aux dents longues Guillaume Peltier, ainsi qu'une grenouille de bénitier de retour aux affaires, la si peu spirituelle Emmanuelle Mignon. 

Pendant ce temps-là, l'intronisation de la sophistiquée NKM comme porte-parole faisait grincer des dents les gouailleuses Nadine Morano et Valérie Rosso-Debord. Il ne leur restait plus qu'à accrocher un poster de la belle au dessus de leur paddock respectif et de s'entraîner aux fléchettes sur cette cible diaphane. 
"L'ingratitude est le premier devoir d'un prince" rappelait ce bon vieil Anatole France...



PS : Merci à c'politic! pour l'affiche !

 

Posté par LG LAGAUCHE à 22:56 - Commentaires [0]
jeudi 23 février 2012

La gauche hégémonique chez des enseignants du public crispés

 Sondage IFOP pour

Posté par LG LAGAUCHE à 21:48 - Commentaires [0]

Sarkozy: la dernière journée du président des Riches

med_restaurant_fouquet_s_visoterra_10065

Donc il est candidat. Quelle surprise ! La journée fut curieuse. Nous fûmes déçus. Le suspense était faible, et donc on attendait des « mesures fortes ». Mais le soir à 210 heures et quelques minutes, le candidat sortant n'avait pas grand chose à dire. Il était même aisément contredit.
Adorait-il les référendums pour « débloquer » la France ? Que n'avait-il tenté la chose sur quelques mesures phares et rares de son quinquennat comme la réforme des retraites (imprévue) ou la TVA sociale ? Après tout, ni l'une ni l'autre n'était prévu dans son programme de 2007... Et l'une Et l'autre ont suscité de larges blocages et indignations.
Finalement, en quelques minutes, on s'interroge: mais qui donc allait décider du sujet des référendums ?
Interrogé sur la valeur de son intervention, votre serviteur dut répondre, très sincèrement: « Nul ».
Très sincèrement.


Le premier recul
Il «  improvise largement », une jolie formule d'Arnaud Leparmentier pour dire qu'il navigue à vue. Mardi, lors d'un déplacement en Isère dans une entreprise de matériel photvoltaïque, le Monarque a fait volte-face sur l'une des ses propositions phare du weekend, le référendum sur l'indemnisation des chômeurs. 
 
En Isère, il n'évoqua plus qu'une une consultation sur « le droit à la formation à tout âge ». Il fait mine de ne pas avoir changé d'avis, mais c'est carrément une volte-face.
 
Sur TF1, le candidat sortant fut interrogéb sur le sujet par Laurence Ferrari. On eut quelque peine à comprendre. Ce n'était plus aussi violent que le weekend dernier dans son interview au FigMag. ll n'était plus question (ou pas ?) de sanctionner les chômeurs récalcitrants
Ou pas. 
 
Sarkozy bafouilla. Il cita le sauvetage de Lejaby, sans mentionner l'intervention de son ami Arnault, pour justifier son référendum. Nous étions perdu: « le premier portera sur la question du chômage, de son indemnisation, et de la formation des chômeurs ». Ou encore « Je veux que l'on protège les chômeurs en les indemnisant, mais surtout en leur donnant les moyens d'exercer un nouveau métier.»
 
Le premier Tweet
Mercredi, dernière journée d'hypocrisie présidentielle, le candidat sortant se fit créer un compte Twitter, quelque part vers 8h15 du matin: « Bonjour à tous, je suis très heureux de lancer aujourd’hui mon compte #Twitter. Merci à ceux qui voudront bien me suivre! ». Quelque 2.000 comptes fictifs avaient été créés pour rapidement gonfler la liste de « followers ». D'autres milliers, et parfois les mêmes, n'avaient pas eu le temps de personnaliser leur compte. C'était drôle, presque touchant. Le maître d'ouvrage de Loppsi II était tombé dans Twitter.
 
Pour son second tweet, le candidat sortant se fichait carrément de nous: « J’ai accepté l’invitation de TF1 au journal de 20h de ce soir et je vous y donne rendez-vous - NS ». 
 
Un peu plus tard, on nous expliqua que ce compte n'était qu'en fait que propagande. Seuls les tweets conclus par cet énigmatique NS étaient vraiment écrits par le candidat sortant.
 
Sur Facebook, le candidat sortant s'était concocté une « page morte », un machin publi-rédactionel qui n'accepte aucun commentaire, pas même positif. Un vrai désert social.
 
Les inquiétudes
Discrètement, son directeur de cabinet, Christian Frémont, avait pris contact avec la Commission des comptes de campagne. Il envisage de réintégrer certains frais de déplacements du Monarque. 
 
La saisie de la dite Commission par l'équipe de campagne de François Hollande a fini par inquiéter le Palais.
 
Le Couac
Quelques minutes plus tard, premier couac de campagne, et gros stress à l'UMP. Dans une video diffusée par un site chrétien, le député UMP du Nord Christian Vanneste, héraut de la Droite Populaire, estimait que la déportation des homosexuels par les nazis était une « légende ». « En Allemagne, il y a eu la répression des homosexuels et la déportation qui a conduit à à peu près 30 000 déportés, (...) il n'y en a pas eu ailleurs. Et notamment en dehors des trois départements annexés, il n'y a pas eu de déportation des homosexuels en France.»
 
Immédiatement, ce fut le tollé. Au sein de l'état-major du candidat Sarkozy, on trembla. Ce dérapage révisionniste et homophobe était en passe d'occulter l'annonce du candidat sortant. Un à un, tous les ténors de l'UMP et de l'équipe de campagne de Nicolas Sarkozy
 fustigèrent les propos de leur collègue. En fin de matinée, l'UMP annonçait des sanctions, et voire une possible exclusion. « Et ils se rendirent compte que Vanneste était homophobe
»...
 
Le slogan
Ce sera « la France forte », concoctée par une agence publicitaire. Un site existait déjà, un blog d'artisan. L'équipe élyséenne n'avait pas pensé à le racheter. 
 
Plus tard sur TF1, Nicolas Sarkozy répéta 7 fois so,,n slogan. 
 
Il y avait pire, le slogan était aussi celui de Valéry Giscard d'Estaing, président sortant, entre les deux tours de l'élection présidentielle de 1981.
 
L'autre couac
La veille, l'équipe de campagne du candidat sortant s'inquiétait de ne plus mettre la main sur les archives des promesses et déclarations de 2007. Le déménagement du siège de l'UMP en 2011 est en cause. On se souvient que l'UMP avait discrètement effacé de son site l'abécédaire des promesses du candidat de 2007. Un abécédaire rapidement conservé, archivé et enrichi par quelques blogueurs vigilants. 
 
 Sylvain Lapoix, pour Owni, résuma l'angoisse élyséenne: « Selon un témoin des bureaux politiques du mercredi matin où sont décidés les axes stratégiques de la campagne, l’équipe recontacte aussi des anciens de 2007 pour reconstituer les archives des interventions du candidat Sarkozy afin de “savoir tout ce qu’il a promis pendant la dernière campagne”
 
La manipulation
Le candidat sortant attendait beaucoup ce rapport sur la délinquance étrangère. Il l'avait commandé à la fin de l'année dernière à son ancien conseiller Alain Bauer, l'actuel président de l'Observatoire National de la Délinquance (ONDPR). Cela faisait plus de 5 ans (2006) que l'ONDPR n'avait publié de telles statistiques. Même au plus fort de la chasse anti-Roms de l'été 2010, l'institut n'avait rien publié de la sorte, alors que le contexte politique nauséabonds s'y prêtait.
 
Le rapport tombait donc à pic, et ses conclusions également: les étrangers représenteraient 17,3% des mis en cause de crimes et délits (contre 12,8% en 2006). Laurent Borredon, sur son blog, a rappelé les précautions d'usage: (1) il est impossible de comparer ces chiffres avec la part des étrangers en France, puisque le nombre de « mis en cause » intègre les clandestins; (2) les mis en cause ne sont pas nécessairement des
 
Sur Europe1, Alain Bauer expliqua tout de même que les étrangers étaient plus rarement mis en cause sur les atteintes aux personnes. Ils se contentaient de délits de « subsistance » expliqua l'ancien conseiller.
 
La déclaration
20 heures et quelques minutes, le Président-candidat devient candidat-Président. Quelle surprise ! Laurence Ferrari se lance: « avez décidé de vous présenter ? » Le Monarque sourit ou grimace: « oui, je suis candidat à l'élection présidentielle.» Curieusement, il portait un costume noir et une cravate noire. Comme pour un enterrement. 
 
Laurence Ferrari enchaîna : « depuis quand êtes vous candidat ? » Nicolas Sarkozy dut avouer qu'il avait pris sa décision depuis « plusieurs semaines ». Le mensonge avait assez duré. Pourquoi être candidat ?
 
Cette décision, « je l'ai prise parce la situation de la France, de l'Europe et du monde" l'impose, déclare Nicolas Sarkozy. "Ce serait un abandon de poste, un capitaine de navire
 
Sarkozy parla d' « abandon de poste ». La France était le Titanic et Sarkozy son capitaine.
 
Il faut que les Français comprennent 
 
L'hésitation
C'était l'un des points faibles mais majeurs de cette déclaration de candidature. On sait qu'il rêve d'un second mandat depuis le 7 mai 2007 au matin. Mais il fallait avouer qu'il en était autrement ce mercredi soir.
 
Le candidat sortant choisit une voie improbable. Il a promis, encore une fois. « Ce quinquennat ne sera pas conforme au premier. (...) On en a beaucoup fait mais on ne peut pas tout faire en 5 ans ». Il s'est à peine excusé de son bilan. « C'est la crise ».

Il a confié qu'il a hésité, on le croyait plus volontaire. Il était menteur OU hésitant. Au choix.
« J'ai réfléchi parce que je voulais savoir si j'en avais la force. Ce n'était pas une décision automatique ».
 
Il a enfoncé quelques portes ouvertes: « Je crois au travail, à la responsabilité, à la solidarité ». Il tenta de ressortir son hymne au travail, 1 million de chômeurs plus tard: « La base de tout, c'est que depuis 30 à 40 ans, on a dévalorisé le travail. Et mon but c'est de le revaloriser. »
 
Il était candidat, mais il n'osa pas évoquer le nom de François Hollande. Il mentit à deux reprises, en direct et sans contradiction. D'abord sur la croissance économique, elle n'était pas en France « supérieure à l'ensemble des pays européens ». Sarkozy est souvent approximatif, ou il ne comprend pas. Autre mensonge, il accusa sans le nommer Hollande de vouloir créer 60.000 postes de fonctionnaires de plus. C'était dommage d'être aussi caricatural. Hollande avait dit et répéter qu'il n'augmenterait pas le nombre de fonctionnaires. « Je comprends qu'il me critique, mais il n'a pas des idées à mettre sur la table? » Il était mauvais joueur ou bien il n'avait pas lu les 60 propositions du candidat socialiste. Et les autres candidats ? Sarkozy n'eut aucun mot.
 
Le référendum
La presque-surprise fut sa nouvelle et universelle promesse: il voulait « redonner la parole au peuple français par le référendum ». 

«Ça sera une façon pour le peuple de France d’être comptable des engagements que je vais prendre et la certitude pour eux que les grands arbitrages en France seront tranchés par le peuple français»
«Chaque fois fois qu’il y aura blocage, je ferai trancher le peuple français.»

On n'a pas compris. Le Monarque candidat n'avait pas voulu de référendum pour nombre de sujets clivants comme sa réforme des retraites ou la TV sociale. Les députés UMP venaient justement de voter cette dernière mesure.
 
C'était sa façon de parler au « peuple ». Cela fait 4 ans qu'il essaye de faire oublier le yacht, le Fouquet's et les vacances à Marrakech.
 
La seconde manipulation
En apprenant qu'il irait sur le plateau des Glières se faire photographier devant le monument qu'il affectionne tant, on avait craint le pire. 
  Et si, comme à Lavaur il y a 15 jours, il allait réclamer la présence de jeunes enfants du coin pour se faire acclamer ?
  Juste avant, Nicolas Sarkozy visitera une fromagerie en Haute-Savoie. 
  Fantastique.
 

La déception
Quelques ténors et de multiples communiqués de l'UMP furent évidemment laudateurs sur l'intervention du Monarque devenu candidat. Même en coulisses, et parfois publiquement, quelques soutiens s'estimaient déçus. 
 
Nicolas Sarkozy avait raté sa déclaration. Bastien Millot, sur l'émission Des Clics et Des Claques (Europe1), ancien conseiller de Jean-François Copé, ne cacha pas son désarroi.
 
Nous aussi.?
 
Ami sarkozyste, reviens. 

 Juan Sarkofrance

Posté par LG LAGAUCHE à 18:10 - Commentaires [0]
Tags : ,
jeudi 16 février 2012

Jean-Luc Mélenchon peut espérer un score inespéré

banniere

Le candidat du Front de gauche Jean-Luc Melenchon est pour le moment crédité de 7 à 9% des sondages pour la présidentielle.  Sondages en hausse, meetings pleins à craquer...

Le candidat du Parti de gauche est l'homme en forme de la gauche radicale, et rassemble des électeurs de tous bords. Mais sa marge de progression n'est pas illimitée, selon certains analystes. Près de 8000 sympathisants à Montpellier ce mercredi, déjà 6000 à Nantes mi-janvier, 4000 à Besançon quelques jours plus tard et jusqu'à 10 000 à Villeurbanne il y a quelques jours...

Ses meetings font le plein à chaque fois. Jean-Luc Mélenchon est sans conteste l'homme à succès de la gauche de la gauche de cette présidentielle. "Nous avons des problèmes de riches" avoue le candidat du Front de gauche (FG), qui a lancé un appel aux dons pour financer des salles plus grandes, celles prévues pour le recevoir ne pouvant pas accueillir tout le monde.

Jean-Luc Mélenchon est aujourd'hui crédité de 7 à 9% des intentions de vote. Soit le total à lui seul de la gauche radicale en 2007, avec notamment Olivier Besancenot (4,1%), Marie-George Buffet (1,9%) ou Arlette Laguiller (1,3%). "Il y a vraiment une dynamique construite sur du solide" où "on gagne des électeurs", se félicite Marie-George Buffet (PCF), soutien de la première heure du candidat commun. Si la capacité du PCF à remplir les salles est connue, des gens nouveaux se pressent aujourd'hui aux portes. "En phase avec la mauvaise humeur d'une partie de l'électorat"

Mais à quoi peut bien tenir cette réussite? L'eurodéputé "fait le plein de la gauche non-socialiste qui veut aiguillonner" François Hollande et prend notamment 8% de l'électorat de Ségolène Royal de 2007, explique le sondeur Frédéric Dabi (Ifop). Il joue du registre populiste avec sa dénonciation des élites

L'ex-sénateur PS qui "joue du registre populiste, avec sa dénonciation des élites", a "l'image d'un leader politique perpétuellement en colère, au style et au discours belliqueux. Il est en phase avec la mauvaise humeur d'une partie de l'électorat", estimait Pascal Perrineau (Cevipof) dans Le Parisien ce jeudi.

"Son bon score est aussi lié à la disparition quasi-totale de l'extrême gauche" car "il a complètement occupé cet espace", poursuit Frédéric Dabi, même si on peut imaginer qu'avec la campagne officielle et l'égalité de temps de parole, Nathalie Arthaud (LO) et Philippe Poutou (NPA) "regrapillent" un peu (ils sont entre 0 et 1% aujourd'hui).

"On est déjà sur un score à deux chiffres" En 2002, la gauche de la gauche avait grimpé jusqu'à presque 14%, emmenée par la figure historique de LO (5,7%) et le facteur de Neuilly (4,2%), dépassant le PCF Robert Hue (3,4%). Mais "le contexte était différent, la gauche était au pouvoir", relativise Frédéric Dabi. Aujourd'hui, souligne le sondeur, Jean-Luc Mélenchon peut "espérer un score inespéré". Mais sa "progression possible peut être limitée car il y a un vrai mouvement pour sortir le président sortant et c'est François Hollande qui incarne le mieux l'alternance", pense-t-il.

Au FG, plus optimiste que jamais, on juge au contraire que "tous les signes de terrain montrent qu'on est déjà sur un score à deux chiffres", selon Eric Coquerel. "L'enjeu, c'est les indécis, ceux qui s'abstiennent", argue ce conseiller du candidat, estimant que sur l'électorat de Marine Le Pen, le FG "ne grapille que marginalement" car c'est "un électorat qui vient de la droite".

Pour Frédéric Dabi, la candidate du FN "l'emporte très nettement auprès des ouvriers" mais "Mélenchon qui fait ses meilleurs scores chez les professions intermédiaires et les cadres de la fonction publique, progresse".

Fort de sa dynamique actuelle, le candidat a en tout cas donné rendez-vous à tous ses sympathisants place de la Bastille à Paris le 18 mars pour une démonstration de force. Il ne doit pas oublier que, s'il est sur une bonne tendance, il reste de la route.

Stephane Mahe

Posté par LG LAGAUCHE à 06:44 - Commentaires [0]
mercredi 8 février 2012

Mouvement de défense de l’hôpital public

 

    RTR27MAFVACC

 

Appel des médecins hospitaliers

L’HÔPITAL PUBLIC EST VOTRE HÔPITAL DÉFENDEZ-LE AVEC NOUS !

- Défendez-le parce qu’il assure des soins de qualité pour tous quels que soient les moyens de chacun.

- Défendez-le parce que c’est là que se font les grandes recherches d’aujourd’hui qui permettront les progrès de demain.

- Défendez-le parce que c’est lui qui assure 80% des urgences, c’est lui qui a fait face hier à l’épidémie de SIDA et à la canicule et qui pourra faire face à une pandémie grippale.

- Défendez-le parce que c’est lui qui prend en charge les cas les plus graves ou les plus complexes à tous les âges de la vie.

- Défendez-le parce que les autres pays nous l’envient.

La loi HPST dite loi Bachelot a supprimé l’appellation de « Service Public Hospitalier ». Elle ne parle plus que d’ « Etablissement de Santé ». Elle cherche à transformer l’hôpital public en entreprise. Pour être rentable l’hôpital devra sélectionner les pathologies et les patients, et diminuer le nombre de personnels : moins d’infirmières, moins d’aides soignantes, moins de médecins, moins de secrétaires, moins d’assistantes sociales. Il est prévu se supprimer 20 000 emplois dans l’ensemble des hôpitaux.

NE LAISSEZ PAS FAIRE POUR DÉFENDRE VOTRE HÔPITAL PUBLIC ASSURANT L’ACCÈS ÉGAL POUR TOUS À DES SOINS DE QUALITÉ, SIGNEZ LA PÉTITION NATIONALE QUI SERA ADRESSÉE AU PARLEMENT ET AU GOUVERNEMENT :

« Je défends l’Hôpital Public, lieu de formation des professions médicales et paramédicales, de l’innovation et des progrès thérapeutiques, qui offre à tous, sans discrimination, des soins de qualité.

Je m’oppose à son démantèlement qu’annoncent d’une part un nouveau mode de direction qui aura pour souci principal la rentabilité, d’autre part des suppressions d’emplois non justifiées qui altèreront la qualité des soins. L’Hôpital Public doit avoir un financement lui permettant de remplir ses missions. »

Ci-dessous vous trouverez la pétition de défense de l’hôpital public

http://petition-mdhp.fr/index.html

 

Posté par LG LAGAUCHE à 23:04 - Commentaires [0]
mercredi 31 août 2011

Les vacances de Monsieur "Boulot + pour gagner (maintenant c'est sûr) beaucoup moins!"

 François Fillon, l’homme qui depuis maintenant trop de temps dirige une « France (que ses copains ont) ruinée » selon une affirmation lapidaire faite en Corse, tente de meubler la fin des vacances à sa façon. Il était encore sur la plage au moment où il expliquait comment il allait combler un trou dans le sable de la dette, en creusant avec sa pelle sélective un autre trou à côté. Ce « collaborateur » du Chef de l’État français ne renonce pas à dorer toutes les pilules amères, que son idéologie du libéralisme exacerbé va administrer à des Françaises et des Français pris pour des…"veaux" (mot de de Gaulle), désormais seulement plaqués d’or ! L’alchimiste a en charge les effets d’annonce, de telle manière que dans quelques jours l’opinion dominante oublie que toutes les erreurs, pourtant présentées comme des panacées à la crise, ne sont pas imputables à son mentor.

Le Président a continué ses vacances comme si de rien n’était, alors que le voilier gouvernemental, qui prenait l’eau de toutes parts, a viré de bord ! En cet été au temps variable, on balance à l’eau tout ce qui a été pourtant présenté durant les quatre années du mandat présidentiel comme des mesures géniales, inspirées par un génie de l’économie, ayant émaillé chaque été par des rencontres instructives. Les escapades du grand Nicolas ont toujours été savamment mises en scène. Je sais : vous avez perdu les repères des vacances de M. Boulot plus pour gagner moins (ce n’était pas une promesse électorale, et ce sera donc la seule qu’il tiendra !)
Tout juste élu en 2007, Nicolas Sarkozy bronze au large de la Tunisie et de la Libye sur le yacht de Vincent Bolloré, avant de partir pour les États-Unis, pour une très médiatisée visite à Wolfeboro en compagnie du couple Bush. Il pique-nique avec eux, laissant la famille et l’amie de la famille, qui ne l’est plus, au bord d’un lac peuplé d’une espèce que l’on ne prévoyait pas en voie de disparition : le millIardaire américain ! Virée en bateau de luxe en petite tenue et ardoise réglée par on sait qui ! Un été bling-bling, pour journaux politiques majeurs comme Closer, VSD, Gala, ou Paris Match… qui préludait aux subprimes assassins.
On a fait des vacances de l’année suivante « une belle histoire » de Michel Fugain, car il fallait faire oublier les fastes et les exagérations médiatiques de l’été précédent. « C’est un beau roman, c’est une belle histoire, c’est une romance d’aujourd’hui. Il rentrait chez lui, là-haut vers le brouillard. Elle descendait dans le midi, le midi. Ils se sont trouvés au bord du chemin, sur l’autoroute des vacances, c’était sans doute un jour de chance. Ils avaient le ciel à portée de main, un cadeau de la providence, alors pourquoi penser au lendemain ? (…) » Divorcé de Cécilia, Nicolas Sarkozy rejoint sa nouvelle compagne, Carla Bruni, dans le fort de Brégançon, lieu de vacances traditionnel des présidents français. Il terminera ses vacances dans la propriété des Bruni au Cap Nègre… Une forme de sagesse permettant de penser que l’eau fraîche, et ce qui va avec… suffisait au bonheur estival.
En fait, il y eut le périple mexicain et sa villa paradisiaque au printemps 2009, mais ce ne fut qu’un écart « officiellement officieux » et d’ailleurs, il fut vite estompé par le fait que, victime d’un malaise vagal à la fin du mois de juillet, Nicolas Sarkozy sortit de l’hôpital pour se rendre encore une fois au Cap Nègre, où il passa tout le mois d’août. En trois étés, on était passé des vacances de « la consécration », à celles de la « séduction », et enfin à la séquence « récupération ». Trois scénarios avec photos volées et double page sur papier glacé, comme le veut la tradition.
L’an passé, en 2010, le contexte était à la « résignation », puisque la cote de popularité était dans les abysses des sondages pourtant malaxés par des corrections opportunes. Fiston avait été recalé à son examen de passage à la tête de l’EPAD de la Défense, et la crise était combattue par le renflouement des banques et des constructeurs de bagnoles invendables. Après que Madame la Présidente ait terminé une prestation « remarquable » dans le film de l’été, il était temps de réfléchir aux vrais problèmes : comment se sortir de l’affaire Woerth-Bettencourt ? L’été le plus pourri du mandat, pourtant sous un soleil radieux et avec, à la clé, une histoire de tout à l’égout chez la belle famille ! Vivement le retour au boulot, qui eut lieu le 25 août avec un conseil des Ministres en voie de rénovation, car incapables de juguler l’effondrement du château de sable des mesures sarkozistes, attaqué par le tsunami de la spéculation.
En 2011 se sont terminées les vacances de la « discrétion » absolue.
On ne bronze plus à Brégançon ou ailleurs sur le budget de la République (c’est trop dangereux) et on distille l’idée qu’il n’y a véritablement pas de repos du « papa guerrier ». Il quitte la plage pour, d’un coup d’aile, aller discuter avec ses « collaborateurs », il bosse avec les grands du monde, il honore les morts pour la France, et laisse à ses proches le soin d’annoncer les « bonnes » nouvelles, comme ce fut le cas pour Alain Juppé lors de l’entrée des libérateurs à Tripoli.
Aujourd’hui, il est retourné au bureau, pour mettre en œuvre le triptyque « patrie » (victoire en Libye et sacrifice des soldats français), « famille » (arrivée du nouveau-né) et « travail » (rencontres multiples autour de la crise). La fin du « travailler plus pour gagner plus » avec les exonérations des heures supplémentaires ; la pseudo mort du bouclier fiscal et de l’ISF, qui va conduire un Français ayant 500 000 euros de revenus à s’acquitter de… 250 euros d’impôt de solidarité par mois ; la mort de la croissance, sacrifiée sur un AAA totalement illusoire, car les spéculateurs attendent simplement la mi-2012 pour passer à l’attaque (surtout si les socialistes sont au pouvoir). Et tout est à l’avenant !
En fait, durant cet été au Cap Nègre, le Président aurait simplement du faire ce constat incontournable. Toutes les statistiques publiques en effet l’attestent : si la France est en déficit, comme la Grèce, l’Espagne, et l’Italie, c’est accessoirement sous l’effet de la crise et du ralentissement de l’activité, et c’est principalement parce que, depuis dix ans,  la droite a conduit une politique de baisse des impôts, en faveur des couches les plus favorisées, qui a contribué à creuser gravement les déficits sans augmenter les performances économiques.

Posté par LG LAGAUCHE à 23:58 - Commentaires [0]
Tags : , ,

Appel à l’unité de la jeune gauche

Appel à l'unité de la jeune gauche Les plus malins s’en sortiront, tous les systèmes permettent ça, mais les vecteurs républicains de la réussite, en particulier les diplômes, n’ont jamais été aussi peu efficients. Pauvreté, précarité, incertitudes, tels sont les leitmotivs sans cesse remâchés pour qualifier les conditions d’existence d’une génération en proie aux doutes et aux impasses sur son avenir. Il nous appartient, à nous la jeune gauche, de prendre notre avenir en main. Nous sommes face à un défi majeur. Construire notre unité politique est la mission historique qu’il nous revient d’assumer : elle doit commander notre engagement tout entier. Construire cette unité sans laquelle les aspirations de la jeunesse ne trouveront pas le débouché politique qu’elles méritent, le faire ou condamner notre génération au désarroi social, l’équation a le mérite d’être limpide.

Le nouvel ordre mondial face à la résistance des peuples

L’humanité et la planète subissent chaque jour le dictat de l’imperium de la finance. Les bruits de bottes résonnent aux quatre coins de la planète en échos à la crise généralisée qui se double d’une guerre pour les ressources stratégiques et la conquête des nouveaux marchés entre impérialismes. Les nationalismes et les intégrismes se déploient partout où la désespérance et le repli sur soi apparaissent comme seuls horizons valables face aux périls et aux dangers du monde. La globalisation s’est traduite depuis vingt ans, partout, par l’érection de nouveaux murs qui se sont dressés entre les hommes, sanctuarisant les frontières de plus en plus en plus infranchissables entre riches et pauvres, nantis et laissés pour compte du développement.

Vingt ans après la chute du mur de Berlin qui mit fin à l’opposition entre deux blocs antagonistes et au totalitarisme soviétique, force est de constater que les défis de notre génération n’en sont que plus immenses. La droite nous propose la résignation et l’adaptation à la concurrence généralisée entre les hommes et à la guerre sans fin orchestrée depuis Washington. Ils dépècent la République en bradant les trésors de la nation au nom de concurrence libre et non faussée, font sauter toutes ses digues sans exception les unes après les autres en s’attaquant chaque jour aux droits et libertés individuelles comme collectives au nom de la rente et de la sécurité, de la lutte contre le terrorisme et l’immigration. L’Europe est prise en otage par les idéologues extrémistes du libéralisme : d’un projet de paix et d’union fraternelle, ils l’ont dénaturé pour n’en faire qu’un gigantesque supermarché.

 Les peuples d’Amérique Latine cherchent chaque jour à construire une alternative au libéralisme. La jeunesse d’Iran ne baisse pas les armes contre le régime abject qui leur est imposé depuis 30 ans, au péril de leur liberté et de leur vie. En Europe et en France, les grèves à caractère insurrectionnel se multiplient contre la destruction de l’outil de production qui se fait au nom du profit immédiat. La jeunesse refuse avec de plus en plus de pugnacité d’être l’éternelle variable d’ajustement du libéralisme. Quand la droite organise le bizutage social de toute une génération en lui infligeant à titre privilégié ses politiques réactionnaires, la jeunesse se dresse. La résistance victorieuse contre le CPE en 2006 en France, l’insurrection de la jeunesse grecque en décembre 2008 qui n’en peut plus d’être la génération à 600 euros, ou les mouvements étudiants contre la privatisation croissante de l’enseignement supérieur partout sur le continent le prouve et le rappelle sans discontinuer.

La jeunesse face à ses responsabilités historiques

En France, le nouvel ordre mondial a un visage, un fondé de pouvoir : Nicolas Sarkozy. Au pays il impose les dogmes de la finance et les exigences de sa caste. Chaque jour il tarit la République. Sous son règne s’accroissent les inégalités, le communautarisme, la répression. Les privatisations et l’endettement font écho à la paupérisation et à la croissance de la rente. A la jeunesse il impose la soumission à l’ordre établi et réhabilite l’héritage comme seule perspective d’avenir. L’épisode de la candidature de son fils à la présidence de l’Epad était à ce titre aussi édifiante qu’affligeante. La responsabilité de notre génération est double. Dessiner un projet alternatif pour résoudre les maux qui frappent la jeunesse et se débarrasser de notre principal obstacle pour le mettre en place : cette droite qui se considère comme la propriétaire naturelle du pouvoir.

La gauche est divisée et hésitante face à une droite unie et offensive. Nos ainés ne perçoivent pas comme nous l’urgence de la situation face à laquelle notre génération est confrontée. Il est de plus en plus évident que si nous ne voulons plus être les cobayes expérimentaux du libéralisme. L’unité de la jeune gauche, associative, syndicale et politique ne se décrètera pas. Elle ne peut se construire que dans le respect de la dignité de chacun. Elle ne peut s’élaborer que sur un diagnostic partagé, une analyse commune, des perspectives et des solutions imaginées ensemble. Elle ne se fera pas sans la conscience de cette responsabilité historique qui nous oblige à penser le dépassement des cadres traditionnels et des positionnements qui en découlent. C’est en associant nos volontés et notre énergie que nous construirons l’alternative.

La jeunesse a toujours dégagé le terrain en ouvrant la voie de l’unité de la gauche. 1936 n’aurait été possible si les organisations de jeunesse ne s’étaient unies et battues sous la même bannière en amont de leurs organisations ainées. Ne permettons pas au gouvernement le plus réactionnaire que la France ait eu à subir depuis Pétain et sa camarilla de félons de se perpétuer à lui-même en 2012. Posons les jalons d’un nouveau front populaire. Chacun d’entre nous, des jeunes socialistes aux jeunes anticapitalistes en passant par les jeunes radicaux, jeunes verts et jeunes communistes, mais aussi toutes les sensibilités du syndicalisme de transformation sociale, qu’il soit lycéen, étudiant, jeune travailleur et naturellement toutes les associations qui se battent pour l’amélioration des conditions d’existence des jeunes, nous devons dépasser les sectarismes ou intérêts particuliers et nous élever à la hauteur des exigences de la période.

. C’est la jeunesse qui subit de plein fouet la politique du gouvernement, car elle est vulnérable par nature et ne dispose d’aucun statut social propre. Nicolas Sarkozy est le pire adversaire de la jeunesse dans ce pays. Frappons ensemble, et nous deviendrons les pires adversaires de la droite. Nous donnerons corps à une alternative politique qui fait cruellement défaut alors que les recettes éculées de la droite sont disqualifiées par la crise. Ne soyons pas les témoins de l’histoire, transformons-la en construisant les conditions du soulèvement démocratique de notre génération qui doit prendre son avenir en main et imposer un statut social de la jeunesse.

La jeunesse face aux défis du monde contemporain

Changer le monde, le bouleverser, renverser l’ordre établi, abattre les murs. Ne jamais se résigner face à ce qui semble immuable en apparence. Refuser la fatalité des injustices, la cruauté des dominations, les divisions entre les hommes qui sont sources d’incompréhensions et de haines.

La jeune gauche, riche de ses différences, de ses expériences et de ses histoires doit chercher à s’unir en additionnant le meilleur de chacune de ses composantes, en construisant le socle de valeurs communes qui nous permettent d’appréhender le présent pour mieux maîtriser notre avenir.

Les défis qui sont face à nous sont immenses. Notre génération est placée devant l’urgence écologique, la montée en puissance des communautarismes et des intégrismes, le renversement de la pyramide des âges, les révolutions technologiques et génétiques, l’éclosion d’un monde multipolaire et l’aggravation des fractures sociales et géographique entre riches et pauvres.

Le mythe de la fin de l’histoire proclamée lors de l’effondrement de l’Empire du froid a laissé place à un monde parcouru de conflits. Le contrôle des ressources stratégiques et la suprématie militaire et nucléaire sont au coeur des problématiques géopolitiques qui façonnent les relations internationales présentes et à venir.

Face ce constat, nous devons apporter une analyse globale pour imaginer ensemble des solutions pertinentes aux problèmes du monde. Nouveaux instruments de répartitions des richesses, relocalisation des économies, définition des secteurs essentiels à l’intérêt général et au bien être commun qui ne doivent plus être du ressort du marché (santé, éducation, eau, transports de proximité, recherche...), nouvelles instances de régulations internationales, démocratisation de l’Union Européenne, fin de la diplomatie secrète, interdiction des fichiers de police, liberté de circulation des hommes, liberté absolue de conscience... Ces questions ne peuvent faire l’objet que d’une réflexion commune où notre imagination sera au service du rêve d’une humanité liée par la fraternité.

Les idées portées par la jeune gauche sont nobles car chacun à notre manière nous nous sommes engagés en politique pour transformer le réel, avec la conviction que c’est par l’action collective que nous ferons bouger les lignes, que nous bousculerons les résistances au progrès, qu’en nous mettant au service d’idées révolutionnaires nous réformerons le monde. Retrouvons l’envie de vaincre en construisant l’unité qui nous fait défaut et porte en elle nos victoires futures. Notre génération n’a pas droit à la résignation, elle se doit d’être conquérante, elle a droit à ses victoires. A nous de les porter en y mettant tout notre cœur !

 

Posté par LG LAGAUCHE à 23:25 - Commentaires [0]
Tags : ,
Fin »