vendredi 11 mai 2007

La France de Sarkozy : Fouquet's, fric, morale et peoples

Nicolas Sarkozy débute son futur mandat présidentiel d'une manière qui augure bien de ce qui attend les Français : il dîne au Fouquet's.

95% des électeurs de Nicolas Sarkozy ne pourraient pas se payer un apéritif au Fouquet's.

Alors un repas entre amis, c'est réservé aux plus riches d'entre nous.

Nicolas Sarkozy au Fouquet's : premier acte politique

Nombreux sont les français qui ont voté pour Nicolas Sarkozy en voyant en lui un homme moderne, capable de résoudre leurs problèmes du quotidien.

Mais Nicolas Sarkozy est du côté des grands patrons libéraux, pas du côté des gens qui travaillent dur.

Bientôt la France qui se lève tôt pour travailler dur va réaliser que les bénéfices vont aux plus favorisés d'entre nous et que les travailleurs ne garderont que leur sueur et leurs larmes.

Il était donc logique que Nicolas Sarkozy se vautre dans le luxe d'un restaurant hors de prix pour fêter sa victoire.

Car c'est une poignée de nantis qui a gagné contre la multitude des plus faibles des français.


Premier geste politique de Sarkozy ; aller dîner au Fouquet’s pendant plus de deux heures avec des peoples. Ses supporteurs massés place de la Concorde peuvent bien attendre. Choquant et déplacé, mais surtout très révélateur ce passage au Fouquet’s, tout comme le discours sur l’autorité et la morale, tout comme les « artistes » présents sur la scène de la Concorde. Mireille Mathieu, Jeane Manson, Enrico Macias, Bigard, Johnny… tout sauf modernes et intellectuels ! L’impression de revenir des décennies en arrière. A suivre le déroulement de la fête UMP, entre salle gaveau, Fouquet’s, peoples, Velsatis sécurisée et motards de presse encerclés, boite de nuit « branchée » … on a la sensation de plonger dans la France dont la seule valeur est l’argent. La France de la culture zéro : télé, show biz, costume-cravate, fric et apparence. La France éprise d’Amérique et de réussite personnelle où triomphe le chacun pour soi. Sensation de dégoût. Non, M. Sarkozy, tous les français ne vous ont pas choisi… 53% c’est un tout petit plus que la moitié, seulement, ne l’oubliez pas.

malisan

Posté par LG LAGAUCHE à 16:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

Commentaires sur La France de Sarkozy : Fouquet's, fric, morale et peoples

    pétition contre sarko

    voici une pétition pour la déstitution de sarkozy, j'ai signé et je vous invite à signer et à diffuser largement, signez sur www.antisarkozysme.com

    Posté par antisarkozyste, vendredi 9 mai 2008 à 18:15
  • effectivement, tous les français n'ont pas voté pour Mr Sarkozi ! le hic c'est qu'une grande partie des français n'ont pas trouvé dans cette "campagne" de réponse à leurs questions. J'attends encore qu'un candidat face campagne sur le thème de la solidarité, sur les valeurs de gauche. A quand une gauche aussi décomplexée que la droite de Sarkozy ? Pourquoi ce monsieur revendique-t-il sans vergogne ses valeurs de droite alors qu'à gauche (ou devrais-dire : au centre ?) on en est encore à s'excuser de défendre la solidarité la fraternité et l'égalité ?!!! OUI notre système est basé sur la solidarité et implique que nous payions des impôts ! Personnellement j'en suis fière. La représentation politique des citoyens de gauche est à reconstruire entièrement. Je suis choquée de constater qu'à droite les politiques sont plus représentatifs des français (d'avantage de jeunes, de femmes,...). A gauche : où sont les jeunes ? les femmes (on a vu le soutien fait à la candidate du PS, les mysogines ne l'ont pas combattu sur ses idées, ce qui aurait fait avancer le débat, bien au contraire !) ?? Alors je m'interroge sur l'avenir.....Aujourd'hui tout est possible quels sont les choix que vont faire les rares politiques qui sont encore vraiment anti-libéraux : feront-ils le choix de l'union ? feront-ils de notre avenir et de celui de la planète une priorité ou vont-ils continuer à ne penser qu'à assurer leurs arrières ? Pour ma part je vais continuer à lever bien haut la tête et à revendiquer mon droit à payer des impôts, à penser aux autres avant de penser à moi, à me battre coûte que coûte contre toute forme d'inégalité et d'injustice ou encore de discrimination, à militer pour une socièté qui s'occupe des plus faibles, valorise encourage et soutient la fougue de sa jeunesse et reconnait l'expèrience et la sagesse de ses anciens. Une socièté qui n'a pas peur du changement mais qui ne crache pas sur son passé. Bien sur ça implique quelques sacrifices, de la patience, mais je suis persuadée qu'une telle socièté est non seulement possible mais viable et perenne.
    Trés cordialement

    Posté par degaucheetfiere, lundi 7 mai 2007 à 14:54
  • C'est un jour très sombre pour la France. L'élection de Sarkozy signifie le rejet des valeurs progressistes françaises et l'adoption du néolibéralisme à l'américaine, avec toutes les conséquences négatives à anticiper.

    J'ai écrit un texte à ce sujet sur mon blogue si cela vous intéresse.

    Posté par Louis, lundi 7 mai 2007 à 15:37
  • entièrement d'accord

    Les français vont se réveiller un jour mais il sera trop tard,je ne comprends pas,j'ai entendu des personnes dirent qu'ils ont votés sarko,parce ce que sarko ou ségo C la même chose,sarko au resto en vacances sur le dos du comtribuable,nous sommes dans la Mer...

    Posté par syl39, mardi 8 mai 2007 à 11:53
  • Bravo! Il est sencé représenter les francais, c'est en se payant (avec l'argent de qui au fait?) un voyage hors de prix, que personne ne pourrait se payer qu'il nous représente? Il est élu, il se noit dans le luxe à l'étranger. Les anciens présidents disaient où ils allaient, et c'était plutot modeste comme destination. Comment sommes nous sencés prendre cela?

    J'ai trouvé une petite vidéo intérréssante et je pense qu'il est important que les gens la voient donc la voici :

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/sarkozy%2B/video/x1qeac_vote-pas-nicolas-sarkozy-sarko

    Merci .

    Posté par pesticiide, mardi 8 mai 2007 à 19:16
  • La nécessité d’une gauche crédible d’opposition.

    La nécessité d’une gauche crédible d’opposition.

    Nicolas SARKOZY ne va plus pouvoir cacher bien longtemps derrière de belles phrases les mesures de régression sociale et de monstruosité économique dont il rêve pour ses politiques autoritaires à venir. Les français vont sans doute vouloir donner au Président de la République un Parlement absolument majoritaire pour sa cause, c’est l’inconvénient du quinquennat couplé à l’inversion du calendrier électoral.
    Il faudra donc une opposition institutionnelle forte, claire et lisible. Le Parti Socialiste a encore une fois prouvé son incapacité non seulement à réformer dans le bon sens une fois au pouvoir (privatisation d’EDF/GDF, 35h plutôt que 32, etc.) mais aussi à s’opposer fortement et intelligemment, ne proposant aucune alternative crédible, aucun espoir suffisant pour faire gagner la gauche.

    Mieux, il faudra 2 oppositions institutionnelles claires et différentes pour freiner les mauvaises réformes de la droite extrême. La première sera l’alliance du Mouvement Démocrate et du PS du « oui », de Kouchner, DSK, Lang, … Une opposition « du centre » molle et finalement « droitière » mais sans doute encore jugée nécessaire par les français. La seconde devra être la voix unique des gauches ; altermondialistes, utopistes, communistes, humanistes, écologistes et socialistes, du « non ». Le PS en proie à ses tensions internes et à l’échec cuisant de ces dernières présidentielles n’est pas en mesure de mener une bonne campagne législative porteuse d’espoir pour le peuple. C’est le moment ou jamais d’abandonner nos querelles de chapelle et de porter le coup de grâce à des « sociaux-traitres » qui ont déçu tant d’espoirs, portant même les électeurs populaires au front national.

    Nous savons à quel point les législatives sont importantes pour la survie de nos formations politiques, les financements publics étant proportionnels à nos résultats ; le problème étant que seul le financement est proportionnel, pas la représentation politique ! Passons au-delà de ces questions financières, au-delà des rancœurs, au-delà de nos divisions et de nos intérêts personnels ! Ce qui compte c’est la représentation de nos idées, pas la survie de la multitude embrouillée de nos mouvements !
    Imaginez une seconde ce qui se serait passé sans le club des B (Bayrou, Besancenot, Bové et Buffet), avec une véritable candidature unique à la gauche du PS. Le résultat du premier tour aurait été formidable : 30% Sarkozy, 25% candidat(e) unique, 10% LePen, 10% Royal, 10% Bayrou. Au lieu de ça le « vote utile » (antidémocratique mais nécessaire) a pu jouer à plein sans pour autant créer de dynamique de victoire…

    En économie, nous nous reconnaissons tous grosso modo dans l’héritage Saint Simon – Marx – Keynes – Régulationnistes (Aglietta, Boyer, Lipiez, …). En analyse sociale, nous sommes unanimes derrière Bourdieu. Nous pensons tous que l’écologie n’est pas une contrainte mais une richesse. Nous pensons tous que les vies humaines valent plus que tous les profits et les nationalismes. Nous proposons un projet de société, loin des dictatures soviétiques et maoïstes, et nous devons le proposer clairement aux français qui y adhérerons plein d’enthousiasme !

    Pour un projet humaniste, pour une résistance forte, pour une crédibilité et une lisibilité publique, pour un sacrifice utile, pour des candidatures unitaires partout, pour la victoire de tous les travailleurs !

    Posté par Tibit, mercredi 9 mai 2007 à 12:36
Poster un commentaire